Actualités

    mardi 17 octobre 2017

    La prière décryptée: Notre-Père


    Que savons-nous du Notre-Père ?

    C’est la réponse du Christ lorsque les disciples lui demandent comment prier.

    (Évangile selon saint Luc chapitre 11, versets 2-4)

     

    Cette simple remarque nous donne déjà deux informations  :

    -C’est une prière donnée par le Christ lui-même.

    -Les disciples ne savaient pas comment prier.

     

    C’est banal, me direz-vous,

    mais, pour moi, tout cela est d’une importance capitale.

    Combien de fois n’ai-je pas pensé que je ne savais pas prier ?

    Combien de fois ai-je rabâché le Notre-Père sans trop y réfléchir ?

     

    Le Notre-Père est la prière que le Christ  a donné, non seulement aux disciples, mais à chacun de nous, pour nous aider à entrer en relation avec Dieu.

    Ce sont ses mots, pour m’aider MOI, à nouer une relation avec Dieu.

     

    Arrêtons-nous un instant sur le texte biblique…

    Les disciples demandent à Jésus comment prier, sa réponse n’est pas un traité de théologie ou une remontrance :

    Comment ? Vous ne savez pas prier ? Mais vous êtes mes disciples, que vont penser ceux qui nous entourent ?

     

    Non, Jésus répond : « Quand vous priez, dites : Père! »

    Père ?

    Jésus nous dit d’appeler Dieu Père… Oui, Père !

    Une personne qui nous a donné la vie, qui nous connaît depuis toujours, qui nous a vu grandir, qui nous a relevé quand nous sommes tombés

    Il ne s’agit pas de n’importe quel père, pas d’un père humain avec ses défauts, mais d’un père parfait, du Père.

    Jésus nous invite à parler à Dieu comme à un Père.

    Il ne s’agit pas de faire des phrases compliquées, de sélectionner ce qui peut être dit et ce qui ne doit pas l’être…

    Non, il s’agit simplement de s’adresser à son père, de lui dire ce que l’on porte sur le cœur, ses joies et ses espoirs, ses tristesses et ses angoisses

     

    Dire « notre Père », c’est appeler Dieu, c’est dire : « Papa, j’ai quelque chose d’important à te dire, écoute-moi. »