Divorcé (e) ? L'Eglise vous accueille !

On entend beaucoup de choses au sujet de la position de l'Eglise sur le divorce, mais qu'en est-il vraiment ?


"Il est important de faire en sorte que les personnes divorcées engagées dans une nouvelle union sentent qu'elles font partie de l'Eglise, qu'elles ne sont pas excommuniées et qu'elles ne sont pas traitées comme telles, car elles sont inclues dans la communion ecclésiale. (...) il faut encourager leur participation à la vie de la communauté." Pape François

Les personnes divorcées sont-elles excommuniées ?

Quelle que soit la situation que vous viviez, personne ne vous a excommunié.

Le Pape François rappelle régulièrement que tous les baptisés appartiennent à la communauté ecclésiale, autrement dit, personne n'est exclu de l'Eglise.

Qu'est-ce que l'Eglise me propose ?

Parce que l'Eglise sait qu'un divorce est toujours une épreuve, elle a le souci d'accompagner chacun dans tout ce qu'il vit. Il est possible de rencontrer un prêtre, un laïc ou un psychologue pour cheminer dans les dimensions humaines, spirituelles et religieuses. Prenez contact avec la paroisse ou avec la pastorale familiale.

Mais l'Eglise est contre le divorce, non ?

Il est tout d'abord important de faire une différence entre les personnes et les actes : l'Eglise peut s'opposer à un acte, mais elle ne s'oppose jamais aux personnes qu'elle souhaite accueillir quelle que soit la situation qu'elles vivent.

Pour l'Eglise catholique, le mariage est indissoluble, il n'est pas possible d'y mettre un terme (voir un article sur le sujet), parce que l'homme ne peut pas séparer ce que Dieu a unit (Marc 10, 9).

Cependant, l'Eglise reconnaît que le mariage indissoluble est un idéal difficile à vivre. Elle encourage les couples qui vivent des difficultés à tout tenter et elle les accompagne s'ils en ont le désir.

L'Eglise ne condamne pas les époux qui n'ont plus la force de vivre leur mariage, elle reconnaît même qu'il existe des situations où il est préférable de se séparer (par exemple lorsque l'un des époux subit des violences morales ou physiques). Cependant, s'il peut arriver que les époux se séparent, le lien qui les unit demeure.

Mais l'Eglise annule des mariage, non ?

Non, l'Eglise ne peut en aucun cas séparer ce que Dieu a unit.

Par contre, il arrive que pour un certain nombre de raisons, l'Eglise reconnaisse que le lien entre les époux n'a pas été créé (par exemple, si un des deux conjoint n'était pas vraiment libre de s'engager dans le mariage). Il est alors possible d'effectuer une démarche de reconnaissance de nullité de mariage.

Cependant, il est très important d'entendre ce que cela signifie : reconnaître la nullité d'un mariage, signifie reconnaître qu'il n'a jamais existé parce que les conditions n'étaient pas réunies pour que ce soit le cas.

Contacts utiles

La pastorale familiale : 079 636 74 13 ou mail
Couple et famille : site internet
Document de la pastorale familialedivorce_eglise_accueille