PINK FLOYD - THE WALL

Séance : jeudi 3 mai à 14h00

L'histoire

The Wall présente, de manière non linéaire, des images mentales, souvenirs et hallucinations d’une star du rock, Pink, qui se déploient de chanson en chanson sur trois grands chapitres de vie. Enfermé dans une chambre d’hôtel, les traumatismes de Pink refont surface, retraçant sa lente désintégration intérieure. Le décès de son père à la guerre, une mère étouffante, l’oppression à l’internat, l’échec de son mariage, la folie des concerts et la fuite dans la drogue : toutes les briques qui forment le mur émotionnel derrière lequel Pink s’est petit à petit caché et qui le déconnectent de la réalité, jusqu’au point de non retour. Flash-backs, mises-en-scène opératiques, et animation se mêlent, résonnant magistralement avec la bande-son. Un opéra-rock qui prend aux tripes.

Le point de vue de Briana Berg

Pink Floyd : The Wall est l’histoire d’un retour sur soi, sorte de bilan de vie aux dimensions rendues épiques par sa présentation flamboyante et délirante, et une musique d’une grande intensité. Le concept même du mur vient de Roger Waters, très affecté en tournée par les comportements des spectateurs sous l’influence de drogues psychédéliques. Pour se protéger, il imagine un mur entre lui-même et le public. L’album-concept « The Wall » s’érige sur cette base, une scénographie est imaginée pour les concerts, puis un film suite au succès phénoménal du disque. L’aliénation en est le thème central ; une apocalypse intérieure, lente descente dans la folie mise en parallèle avec les oppressions sociales, policières, politiques et l’absurdité des guerres et des totalitarismes.

Les auteurs

Roger Waters (1943) est un musicien, auteur et compositeur britannique. Pendant ses études d’architecture, il fonde un groupe de rock – expérimental, psychédélique, puis progressif. L’album « Dark Side of the Moon » en 1973 les propulse dans la stratosphère du succès. Waters signe presque tous les textes et les mélodies de l’album-concept « The Wall »  et se mêlera aussi de l’adaptation cinématographique. La musique est un fil conducteur de l’œuvre du réalisateur Alan Parker, Chevalier de l’Empire britannique né en 1944. Il se fait connaître en 1978 avec Midnight Express, pour lequel il obtient l’oscar du meilleur scénario et de la meilleure musique. Il réalise plusieurs films musicaux : Fame (1980) et Evita (1996), avec Madonna. Cinéaste talentueux et engagé (Mississipi Burning, 1988), il reçoit le Grand Prix du jury au festival de Cannes en 1985 pour Birdy.

Citation

« Fresque musicale, à la fois cauchemardesque et poétique, dont l’idéologie est tout à fait dans la lignée des mouvements protestataires, à la forme toute psychédélique, Pink Floyd : The Wall, est tout cela à la fois. D’une redoutable efficacité, d’une redoutable actualité. » – Sarah Elkaïm, Critikat.com

1982, 95 minutes, Royaume-Uni, VO A – ST F
Réalisation : Alan Parker
Scénario : Roger Waters
Animation : Gerald Scarfe
Photographie : Peter Biziou
Musique : Pink Floyd, Michael Kamen
Interprétation : Bob Geldof (Pink), Eleanor David (La femme de Pink), Alex McAvoy (Professeur), Bob Hoskins (Impressario)
Production : Alan Marshall