MELANCHOLIA

Séance : samedi 5 mai 20h00

Débat : SPLEEN, BILE NOIRE & MELANCOLIE

Invité : Dominique Radrizzani, historien d’art

Modérateur : Emmanuel Tagnard

L'histoire

C’est un triptyque : d’abord une série de visions saisissantes qui plante le décor au ralenti. Ensuite, un somptueux mariage dans un château qui n'est pas celui des contes de fées… Les apparences sont toujours trompeuses : la soirée de noces de Justine (Kirsten Dunst) organisée par sa sœur Claire (Charlotte Gainsbourg) se transforme en naufrage. Dans la troisième partie, Justine, plongée dans la dépression, est accueillie dans le même château par sa sœur, son beau-frère (Kiefer Sutherland) et leur fils. Face à la menace de la planète Melancholia qui approche inexorablement de la terre, chacun d’eux devra trouver le moyen d’affronter la fin du monde.

Le point de vue d'Emmanuel Tagnard

Après l’ouverture wagnérienne et un règlement de comptes familial façon Festen , le film bascule dans la science-fiction poétique. Lars von Trier nous plonge alors dans une expérience onirique d’une beauté sidérante. Mention spéciale pour le bain nocturne de Justine qui s’offre nue à la clarté de la nouvelle planète. Le réalisateur met en scène un suspense à la fois intime et cosmique. Sans le scandale qui a fait suite aux déclarations provocantes de son réalisateur, Melancholia aurait certainement pu recevoir la Palme d’Or. 

L'auteur

Né en 1956 à Copenhague, Lars von Trier est l'un des fondateurs du « Dogme95 ». Ce style implique peu de montage, des prises de son direct, des scènes filmées à l'épaule et des improvisations. Les Idiots (1998) en est le plus représentatif. Le douloureux Breaking the Waves (1996) illustre une vision très réaliste du sacrifice amoureux et du poids religieux. Il enchaine les succès internationaux : Dancer in the Dark (2000) superpose mélodrame et comédie musicale, Dogville (2003) brille par son minimalisme, Antichrist (2007) mélange drame psychologique et film d'horreur. Après Melancholia, il réalise Nymphomaniac (2012), fresque tragique consacrée à la vie d'une nymphomane.

Citation

« Si Melancholia parle autant de la fin du monde que de neurasthénie, Dieu merci, Kirsten (Dunst) a une certaine connaissance de la dépression. Je suis très heureux que tu sois perturbée mentalement, ça m’a beaucoup aidé pour le film ! » Lars von Trier. Conférence de presse, Cannes, 18 mai 2011 

2011, 130 minutes, Danemark – Suède – France – Allemagne – Italie – Espagne, VO A – ST F
Réalisation et scénario : Lars von trier
Photographie : Roger Deakins
Musique : Wagner
Interprétation : Kirsten Dunst (Justine), Charlotte Gainsbourg (Claire), Kiefer Sutherland (John), Charlotte Rampling (Gaby), John Hurt (Dexter), Alexander Skarsgard (Michael)
Production : Zentropa, Arte France cinéma