4H44 DERNIER JOUR SUR TERRE

Séance : vendredi 4 mai à 18h00

>Achetez vos billets en ligne

L'histoire

Dans son appartement new-yorkais, Skye attend la fin du monde en achevant tranquillement une peinture de grand format. Cisco, son compagnon, la rejoint. La perspective de l'apocalypse en marche, dont les scientifiques et les medias ont fixé l'échéance au lendemain, à 4h44, l'agite plus que sa petite amie. Après une étreinte qui ne règle rien, Cisco s'en va songer au suicide sur la terrasse. Il diffère son saut dans le vide et à la place appelle sa fille. L'irruption de son ex-femme dans la conversation provoque colère, aveu et dispute avec Skye. Cisco sort, à la recherche de drogue, dont il est pourtant sevré depuis des années... » Jérémie Couston, Télérama

Le point de vue de Bertrand Bacqué

Aux grandes orgues « luthériennes » de Lars von Trier, Abel Ferrara, le catholique récemment converti au bouddhisme, préfère la petite musique de chambre d’un couple confronté à l’imminence de la fin du monde. Dans leur loft new-yorkais ouvert au monde (via la télévision, internet ou le téléphone), Cisco (William Dafoe) et Skye (Shanyn Leigh) se chamaillent, s’aiment, créent, discutent avec des proches, retrouvent des amis… Avec un enjeu moral de taille : que faire de ces heures ultimes ? S’autodétruire ou se réconcilier avec les autres, puis avec soi-même, afin de partir la tête haute ? Ce sont ces questions existentielles auxquelles se confronte Abel Ferrara dans 4h44

L'auteur

Abel Ferrara est né dans le Bronx, à New York, en 1951. Il commence par réaliser des films amateurs en Super 8. En 1979, sa carrière décolle avec un film d’horreur The Driller Killer, remarqué par William Friedkin. Il lui permettra de tourner son deuxième long métrage L’Ange de la vengeance (1981) avec un budget plus élevé. Déjà, on y assiste à une lutte entre le Bien et le Mal, « sanglante mais surtout spirituelle et allégorique » note Frédéric Strauss. Après un détour par Hollywood, il revient dans sa ville natale où il tourne, entre autres, deux de ses films les plus connus, The King of New York (1990) et Bad Lieutenant (1992) dans lesquels cohabitent toujours destruction et rédemption. Parmi ses films récents : Mary (2005) et Pasolini (2014).

Citation

« Le contexte de 4:44. Dernier jour sur terre est si particulier qu’il vous sera difficile d’en tirer des règles générales. Juste un moment de vie d’un homme et d’une femme, le dernier. Toute apocalypse ici est une métaphore sur le choix. Meurt-on seul ou meurt-on avec quelqu’un ? C’est peut-être ça la question la plus terrible du film. » Abel Ferrara

 

2011, 84 minutes, Etats-Unis – France - Chili, VO A – ST F
Réalisation et scénario : Abel Ferrara
Photographie : Ken Kelsch
Musique : Carter Burwell
Interprétation : Willem Dafoe (Cisco), Shaning Leigh (Skye), Paul Hipp (Noah), Natasha Lyonne (Tina)
Production : Fabula, Funny Balloons, Wild Bunch