Archives

Réinitialiser les filtres

Actualités

    mardi 12 septembre 2017

    Voyage en Roumanie : « Venez chez nous »

    Depuis quelques années l’ECR est engagée auprès des personnes marginalisées avec une pastorale de rue, sous le nom de « Pastorale des Milieux ouverts ». Parmi ces personnes, les Roms qui mendient à Genève. En réponse à une invitation fréquente et répétée, trois femmes actives dans la Pastorale des Milieux ouverts, Inès Calstas, Nicole Simonnin et Sarah Boumaraf se sont rendues dans leur région en Roumanie pour approfondir la rencontre. Inès et Nicole nous livrent leur témoignage.

    voyage en roumanie

    Quelques membres de la Pastorale des Milieux ouverts sommes partis en Roumanie en mai dernier. Depuis 2010, nous travaillons avec les Roms qui mendient à Genève. Après presque sept ans de partage dans la réalité genevoise, le temps était venu d’accepter l’invitation : « Venez chez nous ». Un beau défi qui a compté avec l’appui de notre Eglise.

    Avant notre départ, Mgr Pierre Farine a fait des contacts avec l’Eglise Gréco-Catholique du Diocèse de Cluj, en Transylvanie, vaste région du centre-ouest de la Roumanie.

    Nos amis à Aiud et à Ocna Mures, plus au sud, se sont organisés pour nous faire découvrir leur vie. Nous, les voyageuses, nous nous sommes réunies pour définir nos objectifs. Nous étions unanimes : nous acceptions l’invitation de partir à leur rencontre sans trop de planification, au risque d’être interpellées par la réalité sur place et d’être bousculées dans nos certitudes.

    voyage en roumanie

    Première rencontre à Cluj avec le Père Antoine

    A peine arrivées sur sol roumain, nous sommes allées à l’Evêché gréco-catholique de Cluj.

    Le père Antoine nous attendait avec un accueil oriental (gâteaux et boissons). Nous avons eu un échange très intéressant sur les tensions de l’exigence évangélique et la réalité de la pauvreté qui dépasse et qui dérange. Très vite, le père Antoine a parlé des difficultés que la population rom vit: l’extrême pauvreté, le manque de formation et surtout la discrimination. Mais aussi il a parlé des Roumains qui ont du mal à accepter cette population marginalisée qui ne se comporte pas comme ils aimeraient...

    voyage en roumanie
    Sonin et le Père Antoine

    Grâce au père Antoine nous avons rencontré le père Gabriel, un prêtre rom ! Seulement une petite minorité des Roms accède à la prêtrise. Il nous a parlé surtout de la discrimination qu’il subit quotidiennement et cela depuis son enfance. « On doit se battre pour tout et tout le temps. Heureusement, j’ai rencontré un évêque qui a cru en moi et qui m’a permis de vivre ma vocation sinon ça n’aurait pas été possible pour moi d’être prêtre. »

    Nous avons passé une journée entière avec lui, nous avons visité le hameau de Sinçai à Targu Mures où il habite avec sa famille. Pas d’église pour lui. Les messes du dimanche se célèbrent chez les orthodoxes. Sinon, il est témoin d’un Dieu qui visite et qui est là avec les pauvres. Il parcourt les rues, il rencontre les personnes chez elles. Au moment de le quitter, un moment de prière « s’improvise », des bénédictions s‘échangent…

    voyage en roumanie
    Nicole, Inès et le père Gabriel

    Les rencontres avec les familles

    Nous avons vécu la joie de la rencontre qui opère comme une étincelle qui nous met en route vers l’espérance d’une vie meilleure et qui nous donne cette certitude folle que la mort n’a pas le dernier mot !

    Nous avons voulu rencontrer toutes les familles de Genève, pari presque accompli.

    « Vous allez voir la réalité, ils ont des super maisons ! » Des personnes bienveillantes nous avaient prévenues… Mais nous avons rencontré la misère qui rappelle parfois les bidonvilles d’Amérique latine, nous avons été témoins de rêves construits grâce à la mendicité en Suisse, nous avons vécu l’accueil inconditionnel des personnes qui nous ont ouvert leurs maisons et qui nous ont cuisiné nos mets favoris.

    Quelques fruits…

    A quelques semaines de notre retour, nous pouvons déjà nous réjouir, nous sommes témoins de quelques clins Dieu. Lors de notre rencontre, le père Gabriel a accepté de devenir le partenaire local du Service Social International – réintégration, une ONG qui travaille pour la réinsertion de personnes dans leurs pays et avec laquelle nous collaborons déjà. Dans ce cadre, deux familles qui ont vécu dans la rue à Genève et connues par la Pastorale des Milieux ouverts ont déjà pu démarrer leurs projets d’activité commerciale en Roumanie. Et c’est seulement le commencement…

    Un immense merci à toutes les personnes qui ont rendu possible ce voyage, à celles qui s’engagent pour qu’un autre monde soit possible et à celles qui nous ont soutenues avec leurs prières et bénédictions.

    Inès Calstas 

    Pastorale des Milieux ouverts

    ECR - Pôle Solidarités

    « Une réalité humaine inconnue »

     Ce voyage en Roumanie… une immersion totale dans une réalité humaine inconnue pour moi.

    Nous sommes allées dans des lieux assurément pas fréquentés par les touristes. Pas besoin de guide touristique… Nos seuls guides : les Roms que nous connaissons à Genève, qui nous ont fait connaître leurs quartiers et entrer dans leurs maisons. Merci à eux. Nous avons été des hôtes privilégiés. La table souvent mise pour nous accueillir avec la « mamaliga » au menu (polenta). Des rencontres chaleureuses dans la sincérité de leur vécu. Loin les préjugés des maisons opulentes ! Des maisons très (trop) petites pour les familles qui y habitent, sans eau courante, parfois sans électricité (coupée).

    Pas de guide touristique mais que de beaux paysages et pourtant parfois, quels contrastes ! Un val verdoyant, magnifique, qui donnerait envie d’y passer quelques jours de vacances. A fond de ce val, un village où se côtoient des maisons en voie d’amélioration (celles de Roms qui sont venus en France, en Suisse, en Italie, en Espagne) et les pires taudis. Une grande école, de construction moderne… mais qui interroge : quelle scolarité pour les enfants qui vivent dans une telle misère ?

    « Il est plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé ». Cette citation attribuée à Albert Einstein, nous l’avons évoquée lors de notre entretien avec le Père Antoine. La discrimination à l’égard de la population Rom, nous a été confirmée par le Père Gabriel, notamment avec son expérience personnelle. A la fin du collège, lorsqu’il a dit que son orientation future était de devenir prêtre, il s’est entendu répondre : « Tu ne pourras pas être prêtre… tu es Rom ». Ce qui a été heureusement démenti par l’accueil de son évêque.

    Je me réjouis qu’il ait accepté d’être le contact local pour la réinsertion de personnes dans leurs pays.

    Nicole Simonnin

     
    Images : Sarah Boumaraf, Inès Calstas