Archives de catégorie : Articles

Le Vatican consulte les jeunes : participez !

Le 14 juin 2017 le Vatican a lancé une grande consultation pour les 16-29 ans du monde entier en vue du Synode d’octobre 2018 sur le thème «les jeunes, la foi et le discernement vocationnel». Ce questionnaire en cinq langues est en ligne sur le site du Saint-Siège. Tous les jeunes croyants, en recherche, ou athées sont invités à participer jusqu’au 30 novembre 2017.

Les questions sondent les jeunes sur la perception de leur identité, leurs aspirations, leur rapport à la religion, à la foi et à l’institution ecclésiale.

« L’objectif de cette enquête – qui s’adresse aux jeunes du monde entier ayant entre 16 et 29 ans – est celui de te donner l’opportunité de faire entendre ta voix, de t’exprimer, de raconter qui tu es et ce que tu veux faire connaître de toi », affirme le site.

Lien vers le sondage : https://survey-synod2018.glauco.it/limesurvey/index.php/147718

tumbadora

Retour sur Tumbadora, une belle opération musicale

Nous étions une trentaine de participants dans le temple de Montbrillant, bénévoles, équipe technique d’Ex&Co. Impatients et curieux ! Une heure de musique et d’improvisation. Des visages radieux. C’est gagné ! la joie ne se fabrique, elle est donnée! La musique a crée des liens entre les participants qui, pour beaucoup, ne se connaissaient pas. De rencontre en rencontre jusqu’au mois de mars 2017, nous avons créer notre spectacle d’un bout à l’autre. Nous ne cherchions ni la perfection, ni le succès, nous désirions simplement passer du bon temps ensemble, participer à la fête de la vie et donner le meilleur de nous-mêmes.

Découvrez ou redécouvrez cette belle aventure sur notre site www.cophproj.net

 

Tumbadora – Episode 9 – captation_1 from cophproj on Vimeo.

 

Tumbadora – Episode 2 video from cophproj on Vimeo.

 

Tumbadora-episode 3 video from cophproj on Vimeo.

 

Tumbadora episode 4 from cophproj on Vimeo.

 

Tumbadora – Episode 5 from cophproj on Vimeo.

 

Tumbadora – Episode 6 from cophproj on Vimeo.

 

Tumbadora – Episode 7 from cophproj on Vimeo.

 

Tumbadora – Episode 8(1) from cophproj on Vimeo.

 

Tumbadora – Episode 9 – captation_1 from cophproj on Vimeo.

Remise de certificat de l'AOT

AOT : Cérémonie de remise des certificats

Remise de certificat de l'AOT

Cérémonie de remise des « certificats de participation» samedi 10 juin 2017 pour les participants à la 22ème volée de l’Atelier Œcuménique de Théologie (AOT).

Accueillis par Centre Paroissial Œcuménique de Meyrin (CPOM), les environ 80 «AOT-istes » de la volée 2016-17 ont reçu de la part de la présidente Anne Carron leur attestation de participation  à ce parcours de formation et de réflexion théologique de deux ans. Thème de la volée,  «De l’éphémère de l’existence à la joie d’exister : le présent de Dieu ». Joie, applaudissements, émotions et beaucoup de rires ont ponctué cette cérémonie informelle, suivie d’une fête.  

La 22ème volée est terminée, vive la 23ème volée. De septembre 2017 à juin 2019, l’AOT propose un nouveau parcours de formation sur le thème : « En quête de sens, d’identité… de Dieu ? ». La participation ne requiert aucune formation préalable et les inscriptions sont ouvertes!

Rendez vous sur aotge.ch

les jardins potager de Montbrillant

Des jardins de vie poussent à Montbrillant

Un projet œcuménique de potager urbain est né ce printemps autour du Temple de Montbrillant, à Genève. Plusieurs communautés s’y impliquent. « Différents acteurs, cabossés de la vie, fatigués de pleurer, de vivre des injustices, les jardiniers de la Ville sans oublier les anciens de la paroisse ont un mot à dire, des rêves et des intelligences se retrouvent », témoigne Inès Calstas, coordinatrice du pôle solidarités de l’Eglise catholique romaine. « Ecouter la nature nous parler de Dieu, l’écouter avec nos yeux, nos oreilles, notre cœur change notre attitude vis-à-vis d’elle », écrit Anne-Christine Menu, pasteur de l’EPG (Eglise protestante de Genève). Elles partagent avec nous les premiers fruits de cette belle expérience. Cultiver un jardin nous relie à la Création toute entière. Au contact de la terre qui accueille les semences et les nourrit, les liens se tissent, les blessures s’apaisent, la vie pousse.

 

Potagers urbains ? Jardins partagés ? Ou l’art des temps ? Un projet œcuménique qui naît autour du Temple de Montbrillant. La Pastorale des Milieux ouverts (PMo), cette jeune pastorale de l’Eglise catholique de Genève, fait depuis le commencement équipe avec les personnes qui vivent l’exclusion et la misère au quotidien. Ce sont elles qui sont les « expertes », qui ont le savoir-faire et qui veulent avant tout le changement.

Un temps pour rêver…

Tous ceux qui constituent la PMo ont beaucoup à donner à notre société. Nous travaillons essentiellement en réseau. Pour Pâques 2016, nous avons participé à la création des potagers urbains du parc des Franchises. Deux journées de travail avec des voisins, des personnes de l’Hospice Général, de différentes associations du quartier, des différents responsables de la Ville et l’Etat de Genève et nous !

Moussa, Geza, Abou, Mansour, Alin, Vasile, Cosmin et Soulai, ont voulu travailler bénévolement dans ce projet. Et ils ont épaté les différents acteurs sociaux avec leur force de travail, leur humour et leur savoir-faire.

A la fin de la première matinée de travail, Moussa est venu vers moi, et il m’a dit : « Tu sais Inès ; hier je sentais que mes problèmes m’écrasaient et je croyais qu’ils étaient insurmontables. Maintenant, je sens que je peux faire face. On doit mettre des jardins potagers dans tout Genève, Inès ! »

Son enthousiasme était contagieux ! La racine de ce mot, a pris, à ce moment-là tout son sens, Dieu était avec nous, nous habitait, une vraie fête de Pâques dans nos cœurs et en plein milieu de la ville, loin du regard indiscret des autres : « la mort n’a plus son dernier mot, la vie est plus forte ! » Je me suis promise de faire « mon nécessaire » pour que des potagers urbains fleurissent au moins autour de paroisses. La patience s’apprend et il y a un temps pour tout.

Un temps de rencontre

Quelques mois après, presque à Noël… j’ai rencontré Anne-Christine Menu, pasteure de l’EPG … Notre enthousiasme devient contagieux. Très rapidement la paroisse de Montbrillant est partante pour accueillir ce rêve, les membres de la COPH1 et de la COSMG2 s’approprient de cette aventure ! En quelques mois, une belle équipe se forme. Différents acteurs, cabossés de la vie, fatigués de pleurer, de vivre des injustices, les jardiniers de la Ville sans oublier les anciens de la paroisse ont un mot à dire, des rêves et des intelligences se retrouvent.

Et des petits clins de Dieu ont lieu. Julien, Béni, Sarah, Geza, Abdoulaye et Ababacar attendent la livraison qui vient du Valais pour construire les bacs potagers. Et à la surprise de tous, Abdel descend rapidement de la camionnette se jette dans les bras de Béni pour le saluer ! Les deux se sont connus dans le pèlerinage à Rome ! Ils avaient imaginé de travailler ensemble autour du recyclage, et maintenant ils se rencontrent autour d’un jardin qui pousse !

Le temps de la réalisation

Une célébration œcuménique ouvre le commencement, le dimanche 5 mars, un cerisier est planté. Deux semaines après des framboisiers, un mois après des potagers en carré se construisent, et le 28 avril autour d’un repas festif, nous avons préparé un bout de terrain qui accueillera la prairie fleurie. Les bacs ont commencé à se remplir, des fraisiers, de la menthe et des oignons sortent de terre. Les tomates attendront patiemment au chaud une autre journée de travail.

Inès Calstas

 1 Communauté Oecuménique des Personnes handicapées et leurs familles
 2 Communauté Œcuménique des Sourds et Malentendants de Genève

Cultiver en ville… l’idée d’un jardin potager urbain autour des temples et des églises s’inspire du film ‘Demain’ qui a enthousiasmé un grand nombre de personnes et redonné l’espoir que nous ne sommes pas si impuissants que cela face à la destruction de la planète. Mais cette idée porte en elle aussi une longue réflexion dans nos Eglises sur notre lien à la Création.

Aimés de façon inconditionnelle par Dieu, nous sommes invités à être co-auteurs non seulement de notre vie, mais aussi de l’avenir de la Création. Il nous a instauré « Jardiniers de la Création ». Il nous a confié son œuvre. Nous devons revoir notre théologie et relier le texte biblique de la Création au paradigme de la joie de Dieu dans sa Création.

Ecouter la nature nous parler de Dieu, l’écouter avec nos yeux, nos oreilles, notre cœur change notre attitude vis-à-vis d’elle. Il s’agit de la respecter et de s’engager jour après jour pour sa sauvegarde.

Cela rejoint l’encyclique du Pape François « Laudato si », qui nous invite à plus d’engagement écologique ; et aussi les oeuvres d’entraides Pain pour le prochain et Action de Carême, qui nous ouvrent les yeux chaque année sur l’impact écologique de notre manière de consommer et donnent des pistes concrètes pour amorcer des changements.

Mais cette réflexion et cet engagement dans nos Eglises ne datent pas d’hier. Dans les années 70 déjà, Lukas Vischer, pasteur à Genève, alertait le Conseil œcuménique des Eglises des conséquences désastreuses de notre manière de consommer sur le climat et la justice sociale. Et c’est à cette époque qu’a été créée l’association OEKU, Eglise et environnement.

Il est devenu clair pour nombre de théologiens et penseurs que la crise écologique actuelle est d’abord une crise spirituelle. Avoir perdu à ce point le lien avec la terre, avoir réduit le monde animal et végétal à de la marchandise, c’est avoir nié le principe même de vie qui nous traverse et nous nourrit. Nos Eglises possèdent des terrains autour des bâtiments. Mais ces derniers ne laissent pas beaucoup de place à la nature : le gazon coupé ras est « stérile », fleurs, plantes sauvages et insectes y sont rares. D’où l’idée de valoriser ces terrains en créant des potagers urbains et en favorisant la biodiversité.

Modestes, ces actions répondent toutefois non seulement à un besoin de nature en ville de nos contemporains, mais permettent aussi d’aller à leur rencontre, eux qui n’entrent plus dans nos églises. Le jardin devient un lieu de partage et de témoignage : partage de son savoir-faire, de compétences, d’amitié, de passion, création de nouveaux liens communautaires, inclusifs et sociaux. Lieu de témoignage de notre foi aussi, car nous le faisons parce que Dieu nous a confié sa création afin que nous en prenions soin.

Cultiver autour des églises, ce n’est pas nouveau. La tradition monastique en a une longue expérience. Mais dans l’agitation de notre société, nous avons perdu le sens des saisons et de la patience, de la lenteur et de la confiance. Cultiver un jardin nous relie à la Création toute entière. Nous réalisons à quel point nous en sommes dépendants et à quel point il est important de la préserver. Dans cette lenteur germe l’espérance et un sentiment de joie profond : nous nous ouvrons à l’émerveillement.

Nous commençons une expérience de jardin potager urbain autour du temple de Montbrillant. Cet espace abrite plusieurs communautés, la paroisse protestante de Montbrillant, celle œcuménique des sourds et malentendants et celle œcuménique des personnes handicapées et leur famille, ainsi que la mission d’Inès Calstas auprès des personnes en situation d’exclusion. Autour du temple, le terrain est vaste et propice au développement d’un jardin potager. L’arrivée d’eau à proximité est un élément essentiel. Une équipe s’est mise en route, avec des représentants des différentes communautés et des personnes en situation d’exclusion. Les idées fusent, les yeux brillent, la joie est communicative.

Nous communiquons avec WhatsApp, échangeons les photos de nos semis qui poussent, bientôt prêts pour le jardin, se rappelons qu’il faut arroser… c’est chaque fois un plaisir de se lire et de découvrir les talents de chacun. C’est un peu de vitamines dans notre quotidien.

Rêves partagés, prospectives sur le terrain, échanges avec les jardiniers de la ville qui s’occupent des platebandes, négociations avec certains paroissiens attachés à leurs plantes… nous entrons dans le vif du sujet.

Anne-Christine Menu

Message à la communauté copte orthodoxe

L’Eglise Catholique Romaine de Genève se joint à l’Abbé Pascal Desthieux afin de manifester sa solidarité envers toute la communauté copte durement touchée ce week-end. Voici le message de soutien envoyé à Monseigneur Louka, évêque copte orthodoxe du sud de la France et de la Suisse:

« Cher Monseigneur Père Evêque, bénissez ! Au nom de toute la communauté catholique de Genève, j’aimerais vous manifester notre proximité et notre solidarité à la suite de ces horribles attentats perpétués aujourd’hui envers vos frères en Égypte. Que ces innocents qui ont subi le martyre en ce dimanche des Rameaux et de la Passion aient part à la Résurrection bienheureuse. De tout cœur avec vous et toute la communauté copte orthodoxe »

Hommage – Sœur Marie-Bosco Berclaz

Une célébration Eucharistique en hommage à Soeur Marie-Bosco sera célébrée par Monseigneur Farine le samedi 5 Novembre à l’Eglise Saint-Martin d’Onex.
 
L’Eglise Catholique Romaine à Genève fait part de ses sincères condoléances aux sœurs de Sainte-Ursule  ainsi qu’à la famille de Sœur Marie-Bosco Berclaz. Nos prières les accompagnent.
 
Nos souvenirs de Sœur Marie-Bosco Berclaz sont vifs et pleins de reconnaissance pour son ministère de près de 10 ans à Genève au service de catéchèse, à la Plateforme Appel, à la Paroisse St-Martin et dans l’aventure de la Maison de la Parole.
 
sr-marie-bosco
Après avoir passé ses vacances au Flueli cet été, la veille de la fête de Saint Nicolas de Flüe, Sœur Marie-Bosco BERCLAZ (1944 – 2016) a rejoint la Maison du Père, après 49 ans de profession religieuse, des suites d’un malaise tragique, entourée avec tendresse par ses sœurs et ses consœurs.
Après son enfance dans le val d’Anniviers, en Valais, et un brevet d’enseignement primaire obtenu à Sainte-Agnès, Sr Marie-Bosco fait profession religieuse à Sainte-Ursule en 1967. Son parcours apostolique s’orientera vers la catéchèse durant de longues années à Sion puis à Onex. Depuis un an, elle était à Villars-Vert et offrait ses services dans l’animation pastorale et l’accompagnement spirituel.
Passionnée par la Parole de Dieu « qui lui avait brûlé le cœur », Sr Marie-Bosco a œuvré toute sa vie à faire connaître le Christ, Verbe de Dieu fait chair. Elle témoigne : « Mon désir, que je confie comme une graine se confie à la terre : que germent et se lèvent des Serviteurs et des Servantes de la Parole pour la faim et la soif des femmes et des hommes de ce temps. »
 
Une veillée de prière aura lieu le lundi 26 septembre, à 19h45, en l’église de Sainte-Ursule. La messe des funérailles sera célébrée le mardi 27 septembre à 14h30, en l’église de Sainte-Ursule à Fribourg.
 
Les sœurs de Sainte-Ursule et sa famille :
Yvonne et Georges Jollien-Berclaz et familles
Cécile et Ewald Raemy-Berclaz et familles
Bertha et Antonio de Figueiredo-Berclaz et familles
Les familles Berclaz et Quinodoz

 

l’ECR fête ses jubilaires

L’ECR Genève se sont plus de 40 prêtres et 60 agents pastoraux qui accompagnent les catholiques genevois au quotidien. En fêtant leurs jubilés l’Eglise marque sa gratitude et sa joie de les cotoyer chaque jour. Merci à eux pour leur engagement !

Les jubilaires écclésiastiques

prêtres jubilaires 2016

Sur la photo : Célébration jubilaire et repas avec l’abbé Desthieux, vicaire épiscopal. Edmond Gschwend (60 ans de sacerdoce), Michel Kaufmann (50 ans), Pierre Emonet (50 ans), Gilbert Joye (50 ans), Philippe Matthey (35 ans) et Joël Akakbo (10 ans)

Nous n’oublions pas les prêtres qui n’ont pas pû être présents:

65 ans de sacerdoce André Luisier
65 ans Willy Vogelsanger
55 ans Claude Stucki
50 ans Pierre Emonet
40 ans Giovanni Fognini
35 ans Jean-Philippe Halluin
30 ans Pierre Donnet
15 ans Binoy Kidangathkarott

Les jubilaires laïcs

jubilaireslaics

Sur la photo: Thérèse Habonimana (20 ans de service), Isabelle Hirt (5 ans), Martine Bulliard (5 ans) et Catherine Menoud (10 ans)

Merci aussi à celles qui n’ont pas pû être présentes:

15 ans de service Catherine Ulrich
5 ans Carolina Baertschi
5 ans Cleonice Salvatore

Aumônerie de l’Université, la recette de Sœur Cleonice

Un piatto di pasta (un plat de pâtes), telle est la recette de Sr Cleonice Salvatore pour séduire tous les mardis à midi les étudiants et autres invités qu’elle reçoit dans l’arcade d’Uni Mail. Au menu, un moment de rencontre et de partage, de discussion et de découverte. En bonne Italienne, elle sait bien que c’est souvent autour d’une table et des assiettes bien pleines que le plaisir de se retrouver prend plus de goût. Aumônière à l’Université de Genève depuis la rentrée 2009, Sr Cleonice accueille les invités en tenue de cuisinière : un tablier et une écumoire à la main ! Et bien sûr un grand sourire.

Autour d’une table

Ce mardi 10 mai, une bonne dizaine d’étudiants et invités, et une belle brochette de nationalités, sont assis autour de la table, dans le local de l’Aumônerie, une arcade avec vue sur le boulevard Carl-Vogt. Parmi eux, l’invité du jour, le pasteur Alexandre Winter, de la Paroisse protestante de Bernex-Confignon. Les pâtes sont prêtes (fusilli al pesto) et un tour de table permet à chacun de se présenter et partager l’activité du week-end ou de la semaine, de donner des nouvelles d’un ami en voyage ou faire part d’une réflexion. On se dévoile comme on est, avec une agréable sincérité. Pour Thierry, étudiant en droit, l’Aumônerie est un vrai lieu « d’amour et d’unité ». Klaus, expert apprécié des cafés avec mousse proposés à la fin du repas, vient à l’aumônerie « le plus régulièrement possible », Sandrine, ravie, apprécie les moments et les sorties ensemble, alors qu’Arun évoque la « couleur de la foi » découverte avec Cleonice. Miles Fabius, engagé à la Pastorale des jeunes, parle de l’intensité des rencontres avec les personnes démunies et à la rue qu’il entreprend avec des jeunes.

Repas du mardi à l'aumônerie de l'université
Repas du mardi à l’aumônerie de l’université

 

Puis c’est au tour de l’invité de dévoiler son parcours de foi, encore une fois sans masque. Fils d’un couple de scientifiques, la religion était absente de l’enfance d’Alexandre Winter et même après l’avoir découverte, il ne pensait pas devenir pasteur. Puis il présente un projet de transformer la maison héritée de ses parents en une communauté, avec des appartements pour des familles, des lieux communs et une chapelle : un « lieu de rayonnement » de différentes confessions. Il propose aussi une lecture biblique à plusieurs voix (Livre de Jérémie, chap. 1) et ouvre la porte à une belle discussion. C’est l’heure du café, Klaus est aux fourneaux et Fabio pousse la porte pour dire bonjour et s’assoir un moment, alors que d’autres doivent « filer en cours ». 

Au revoir

Sœur Cléonice
Sœur Cléonice

Le repas a été aussi l’occasion pour Sr Cleonice d’annoncer la fin de sa mission à Genève et le départ en Italie, à la fin de l’été, ainsi que la fête de fin d’année probablement en juin à l’Aumônerie de l’Université. « Pour moi, il s’agira de l’occasion de vous dire au revoir et de partager avec vous ma gratitude et ma joie pour ces années vécues à l’aumônerie », a-t- elle dit en cachant son émotion.

Les repas du mardi – vrais moments de communion qui ont réuni jusqu’à 18 personnes serrées autour de la table ! – ne sont de loin pas la seule activité proposée par Sr Cleonice et son collègue protestant, le pasteur Jean-Michel Perret. 

L’offre de l’Aumônerie est vaste : de la possibilité de participer au Chœur gospel universitaire, tous les jeudis soir au Centre universitaire protestant, aux réunions interreligieuses, ainsi que des célébrations œcuméniques universitaires animées par les étudiants et ouvertes aux autres étudiants, aux chercheurs, aux collaborateurs, amis, tous les mercredis soir à St Boniface, des sorties en groupe, des retraites spirituelles et des Retraites dans la vie, une démarche qui permet de poursuivre les activités quotidiennes tout en donnant plus de place à la prière, avec la méditation quotidienne d’un texte de la Bible, les rencontres avec un accompagnateur/-trice et en groupe. Enfin et surtout, Sœur Cleonice et Jean-Michel offrent une permanence pour des entretiens personnels « dans le profond respect de la situation, des convictions, des croyances ou de l’incroyance de celles et ceux qui les sollicitent », précise le site de l’Aumônerie. « Les demandes sont très diverses, pour les étudiants étrangers, il s’agit de connaitre et comprendre la Suisse ou de demander de l’aide dans les démarches pratiques, pour une bourse ou un logement. Pour les autres, il s’agit avant tout de l’écoute.  Et pour les jeunes que nous accompagnons dans la durée et qui ont un engagement chrétien, l’aumônerie est aussi un lieu pour eux de résonance spirituelle, même si l’environnement est laïc », explique Jean-Michel. 

Découvrez la suite de ce témoignage dans le dernier courrier pastoral

 

 

Journée Porte Ouvertes

Mercredi 8 juin entre 10h30 et 18h00 venez saluez soeur Cleo, aumônière catholique,  avant qu’elle ne reparte en Italie après 7 ans d’accueil à l’arcade. Programme détaillé de la journée auprès de cleonice.salvatore@unige.ch ou par téléphone au 0223798660

 

 

 

En marche à vos côtés