Tous les articles par silvana

Une mosaïque pour Champ-Dollon bénie à Genève par le pape François

Au terme de la messe à Palexpo, le 21 juin prochain,  le pape François bénira l’une des mosaïques du Chemin de Joie, un parcours artistique de mosaïques murales en cours de réalisation sur les parvis d’églises et autres lieux du canton de Genève. La mosaïque qui sera bénie par le Saint-Père est la plus petite et la seule qui, une fois installée, ne sera pas visible par les pèlerins. Elle est en effet destinée à la salle qui accueille les célébrations à la prison genevoise de Champ-Dollon. Elle illustre la Résurrection et représente le Christ qui remonte des enfers. Elle est provisoirement accueillie par la paroisse de l’Epiphanie (Lignon).

Federica Cogo (assistante pastorale ECR) et Christine Lany-Thalmeyr (assistante pastorale ECR) de l’Aumônerie oecuménique des prisons décryptent la mosaïque dans cette vidéo réalisée par Cath.ch. Une mosaïque pour Champ-Dollon

C’est en 2012 que l’Eglise catholique romaine à Genève (ECR) a décidé de créer un Chemin de joie avec des mosaïques évoquant notamment les apparitions du Christ Ressuscité. Leur réalisation a été confiée au Centre Aletti d’art spirituel de Rome, dirigé par le père jésuite slovène Mario Rupnik.

Les deux premières œuvres du Chemin de Joie ont été posées en avril 2017 sur les tympans des portes latérales de la basilique Notre-Dame de Genève (Cornavin) et aujourd’hui six stations accueillent des mosaïques. Elles sont installées sur les parvis des églises de Notre Dame (deux), Saint-Martin (Onex), Saint-Jean XXIII (Petit-Saconnex), Saint-Nicolas de Flüe (Montbrillant) et Saint François de Sales (Chêne-Bourg).

Six autres fresques seront prochainement accueillies par les églises de Saint-Maurice (Bernex), Saint-Jean-Baptiste (Perly), Sainte-Marie du Peuple (Châtelaine), l’Epiphanie (Lignon), par l’Espace  Montbrillant, le Cénacle et, bien sûr, par Champ-Dollon.

 

L’Assemblée générale de l’ECR Genève approuve le rapport de gestion 2017

 Réunie au Cénacle en présence du Vicaire épiscopal Pascal Desthieux, l’Assemblée générale de l’Eglise catholique romaine – Genève (ECR) a approuvé à l’unanimité, le mercredi 6 juin 2018, le rapport de gestion et les comptes de l’année 2017, bouclés avec un résultat final bénéficiaire à hauteur de 1,7 million de francs suisses.

 2017 : « Une bonne année »

Tant au niveau de la gestion du patrimoine mobilier et immobilier qu’au niveau des dons, les résultats ont été meilleurs que l’an passé, ont souligné la présidente du comité de l’ECR, Mme Béatrix Leroy Jeandin, et le Secrétaire général de l’ECR, M. Dominique Pittet.

Dans ce résultat, la part des revenus immobiliers est en hausse, à 22%, ainsi celle des produits financiers (17%). La part des dons et des contributions reste au premier plan, mais alors qu’elle était de 74% il y a cinq ans, elle a été ramenée à 58%, a souligné Mme Leroy Jeandin. Elle a vivement remercié les  49 paroisses (deux de plus par rapport à 2016) qui ont contribué à ce résultat à hauteur de 647.586 francs suisses.

Globalement, il s’agit de résultats « encourageants », mais bien que la dépendance aux dons soit en recul, il faut rester « prudents », a insisté la présidente.

Pour le Secrétaire général, qui a détaillé l’analyse des comptes, l’année 2017 démontre toute l’importance de la diversification des produits mise en place depuis quelques années. Alors que les charges d’exploitation 2017 sont globalement stables par rapport à l’année précédente, les dons des campagnes stagnent à un peu plus de 3 millions et le faible résultat des produits exceptionnels démontre qu’ils ne peuvent pas être pris pour acquis. Enfin, il est important d’avoir à l’esprit que sur 1,7 million de bénéfice, 1,3 million proviennent de valeurs boursières non réalisées et donc non acquises.

 Messe du pape

Lors de son intervention, Mme Leroy Jeandin a relayé la demande de soutien financier de l’évêque diocésain Charles Morerod en vue de la Messe qui sera célébrée par le pape François à Palexpo le 21 juin. Les coûts de l’organisation sont en effet élevés et le diocèse appelle à la solidarité de tous, a expliqué la présidente.

Orientations pastorales

Le président du Conseil pastoral cantonal (CPC), M. Jean Tardieu, a présente les travaux en cours vers la définition des orientations pastorales de l’Eglise à Genève. M. Tardieu a mis l’accent sur la recherche d’une vision avant la définition d’objectifs spécifiques. «  Nous ne sommes pas encore dans des projets précis, mais dans la définition d’orientations pastorales et d’une vision. Nous travaillons avec une phrase qui fondera les orientations pastorales, ‘Une Bonne Nouvelle qui se déploie’ », a-t-il expliqué. Il a par la suite rappelé les trois axes explorés par le CPC : « Une hospitalité qui se déploie », « Des gestes pastoraux visibles et créatifs » et « Des personnes heureuses dans leur engagement en Eglise ». Chaque axe a été développé lors des réunions des membres du CPC et un document de synthèse a été récemment transmis aux agents pastoraux pour consultation jusqu’en septembre. « Nous leur avons demandé de réagir ». D’ici décembre ces axes seront envoyés à chaque Equipe, Service, Aumônerie et serviront de base à l’élaboration d’actions pastorales. Le président du CPC a ensuite abordé les efforts en cours pour favoriser la cohérence du message véhiculé dans les campagnes de collecte de fonds auprès des donateurs et « le message qui passe par nos actions et nos paroisses. Nous faisons donc un travail avec le Service de développement et de communication pour favoriser cette cohérence », a-t-il conclu.

Divers

Dans la rubrique divers, le Secrétaire général a fourni plusieurs informations sur les contrats-cadre proposés aux paroisses pour faciliter des économies : un pour les photocopieurs, déjà signé par six paroisses, et l’autre pour les assurances bâtiments, avec une analyse gratuite de la situation.

Elections et réélections

Lors de l’Assemblée, la présidente a remercié le membre sortant, M. Làszlo Mercz (Mission catholique hongroise, avant de soumettre aux membres la demande de mandat de M. Peter Igo-Kemenes (Mission catholique hongroise) et de Mme Teresa Oliveira (Paroisse Saint-Marc), puis le renouvellement du mandat de M. Charles Curty (Sainte-Jeanne de Chantal), de M. Dominique Hirt (Comité ECR) et de M. Antonio  Viscosi (Sainte-Marie du Peuple). L’assemblée a approuvé l’ensemble des mandats sans opposition.

Les prochaines assemblées générales se dérouleront le 28 novembre 2018 et le 5 juin 2019.

Le pèlerinage d’été à Lourdes prolonge le délai d’inscription jusqu’au 20 juin 2018

Association du pèlerinage d’été de la Suisse romande à Lourdes.

Le pèlerinage d’été de la Suisse romande à Lourdes prolonge le délai d’inscription jusqu’au 20 juin 2018.

Le pèlerinage d’été à Lourdes se déroulera du 15 au 21 juillet 2018 sous la présidence de Mgr Jean-Marie Lovey, évêque de Sion.

Il reste des places disponibles. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 20 juin 2018.

Possibilité de s’inscrire :

-En ligne : www.pele-ete-lourdes.ch

-Ou par mail : inscription.veronique@netplus.ch

LA MESSE DU PAPE AFFICHE COMPLET

Les inscriptions à la messe du pape (21 juin à Palexpo – GE) ont connu un succès qui a dépassé toutes les attentes. Aujourd’hui, Palexpo affiche complet avec les 41’000 places mises à disposition selon des normes de sécurité.

Les inscriptions émanent de paroisses et entités catholiques provenant de la Suisse entière et de la France voisine. 77 % de Suisse romande, 12 % de Suisse alémanique, moins de 1 % de Suisse italienne et 11% de France voisine.

Le diocèse se réjouit de cet engouement et rappelle aux personnes qui n’ont pas pu obtenir de billet que la messe sera transmise en direct sur les chaînes nationales (RTS, SRF, RSI).

Par Diocèse LGF le vendredi 1 juin 2018 

Plus d’information

 

Communiqué: Loi sur la laïcité et lancement de référendums

Communiqué de presse des Eglises Catholique chrétienne, Catholique romaine et protestante de Genève

CONCERNE : loi sur la laïcité et lancement de référendums

Les Eglises catholique chrétienne, catholique romaine et protestante de Genève ont pris acte du résultat issu du débat parlementaire sur la loi concernant la laïcité de l’Etat (LLE). Dans un contexte où la lisibilité religieuse à Genève est moins nette qu’il y a encore vingt ans (du fait notamment de leur propre affaissement mais aussi de la diversification religieuse et de la montée significative d’une population athée, agnostique, désaffiliée ou simplement indifférente), nous relevons que, dans tout ce processus, l’Etat s’efforce de s’offrir des outils pour les enjeux du temps présent. Tout en restant juridiquement incompétent sur la question (il ne saurait avoir la moindre qualité en matière de doctrine), il se donne donc des moyens pour penser la pluralité convictionnelle à Genève et pour mieux connaître les enjeux sociaux et politiques qui en découlent, dans l’idée de garantir la liberté de conscience, de (non-)croyance et la paix dite religieuse (art. 1 et 10). Nos Eglises sont reconnaissantes de cette prise de conscience par les pouvoirs publics, dans la mesure où elles sont été, depuis des décennies, les premières artisanes de cette paix-là, et où elles continueront de s’engager sur ce front important pour la cohésion sociale.

Nous tenons à souligner l’application avec laquelle la question de la laïcité et des relations entre l’Etat et les communautés religieuses a été abordée, d’abord par le groupe de travail sur la laïcité, piloté par Jean-Noël Cuenod, puis par la Commission des droits humains du Grand Conseil. Cela a permis un débat contrasté au Grand Conseil, qui ne fut certes pas toujours à la hauteur du sujet, mais dont le résultat nous apparaît comme honorable. Nous relevons que, malgré quelques points critiques, sont posées les bases d’une compréhension bien genevoise de la laïcité, à des lieues de certaines tentations ou crispations laïcistes (fort éloignées de l’esprit dans lequel tout cela fut initié, tant en France qu’à Genève, au début du XXe siècle): à savoir que la laïcité ne traduit pas un désintérêt ou une défiance de l’Etat vis-à-vis des questions religieuses, mais une neutralité attentive, informée, responsable et respectueuse.

Nous soulignons dès lors que cette loi permet des avancées significatives en ce qui concerne notamment :

  • une meilleure reconnaissance de l’expérience acquise dans l’important travail social, relationnel, spirituel et religieux opéré par les communautés religieuses dans des établissements publics ou assimilés (prisons, hôpitaux, EMS, lieux de rétention administrative,…), par le moyen de possibles contrats de prestations (art. 8);
  • le renforcement du principe d’un enseignement du fait religieux dans les écoles publiques, nécessaire à une bonne intelligence du monde actuel (art. 11);
  • l’élargissement à d’autres communautés de la contribution religieuse volontaire, et les conditions nécessaires à l’obtention de cette prestation (art. 5).

Cela dit, le fait d’avoir été entendus sur la question de la contribution religieuse volontaire n’endort pas notre attention. Cette loi n’est pas parfaite et ne règle pas toutes les questions; elle entretient et crée même ici ou là des champs de tensions:

  • Ainsi, la question des signes extérieurs nous pose question, surtout lorsqu’elle concerne des élu.e.s (art. 3,4), et nous suivrons avec intérêt le recours constitutionnel déposé contre cette disposition précise.
    En plénière, le détail des débats montre clairement que, réduite à une seule lecture socio-politique, la disposition des signes extérieurs a été votée de manière ciblée contre la communauté musulmane, alors que d’autres situations sont concernées ou concernables, et que ces procédés parlementaires ne favorisent en rien la paix religieuse. De ce point de vue, en regard des auditions effectuées, nous regrettons que l’intérêt de la Commission des droits humains n’ait pas été mieux assumé auprès des communautés musulmanes, pour leur laisser l’opportunité d’une meilleure présentation, information et positionnement.
  • Même s’il est pris appui sur l’usage administratif actuel, plutôt libéral mais souvent inquiet, nous demeurerons particulièrement attentifs à la manière dont sera appliqué l’art. 6 sur le possible usage du domaine public pour des activités cultuelles. Si nous pouvons comprendre cette disposition encore usuelle, héritage de l’histoire ou prévention trop moderne, celle-ci ne doit pas devenir restrictive au point d’être contraire au droit supérieur quant à la liberté de culte (cf. DUDH, art. 18 et CEDH art. 9).
  • Nous veillerons à ce que les dispositions d’exception de l’art. 7,1 soient appliquées avec parcimonie et discernement.
  • Enfin la question du poids qu’impose à nos Eglises l’entretien de l’important patrimoine historique qui leur a été remis n’a pas été pris en compte à satisfaction par cette loi (art. 9). Nous savons qu’en raison des dispositions constitutionnelles, il ne pouvait guère en aller autrement, mais il nous faudra revenir sur cette problématique de plus en plus pesante et difficile à gérer, au détriment de notre mission première.

Tout bien considéré, ces attentions ne vont pas jusqu’à remettre en cause notre soutien global à la Loi adoptée par le Grand Conseil. Celle-ci pose les bases de relations que nous espérons sereines et fécondes entre l’Etat et les différentes communautés religieuses. C’est pourquoi nos trois Eglises ne soutiendront pas les référendums récemment lancés contre cette loi.

Messe du pape François à Genève

Le Saint-Père se rendra à Genève le 21 juin prochain à l’invitation du Conseil œcuménique des Eglises (COE).

A l’issue de cette visite, une messe sera célébrée à Palexpo à 17h30.

Vous trouverez toutes les informations sur la page spéciale du site du Diocèse –  et notamment le formulaire d’inscription à l’intention des paroisses, unités pastorales, communautés religieuses et écoles catholiques. Délai d’inscription jusqu’au lundi 21 mai 2018 à 8:00. Pour les particuliers,  un formulaire sera disponible prochainement.

 

CHEMIN DE JOIE  pèlerinage dimanche 22 avril

Le dimanche 22 avril nous sommes toutes et tous invités à nous mettre en route pour sillonner le canton et découvrir les premières mosaïques du Chemin de Joie qui se réalise à Genève. Le pèlerinage se terminera par une célébration à l’église Saint-François-de-Sales à Chêne-Bourg, présidée par le Vicaire épiscopal, l’abbé Pascal Desthieux. Il sera possible de rejoindre les marcheurs à tout moment.

Six stations du Chemin de Joie de l’Eglise catholique Romaine à Genève accueilleront les pèlerins de la marche de prière et de méditation le dimanche 22 avril. Organisé par le BED (Baptisés En Dialogue), le pèlerinage de 15 kilomètres fera étape devant six églises qui accueillent les premières mosaïques du Chemin de joie, un itinéraire artistique d’œuvres inspirées des apparitions du Christ Ressuscité et réalisées par le Centre Aletti (Rome) du père jésuite Marko Rupnik.

Au terme de sa réalisation, le Chemin de Joie comptera douze stations disséminées sur différents lieux du canton. Dans une volonté de pastorale de parvis, les mosaïques sont placées à l’extérieur, exceptée celle dédiée qui sera installé dans la chapelle œcuménique de la prison de Champ-Dollon. A l’occasion du pèlerinage, cette mosaïque sera accueillie par la paroisse de l’Epiphanie au Lignon. Une chance probablement unique de la voir.

Le rendez-vous pour le départ est fixé à 10 h 30 devant l’église St-Martin et le pèlerinage se terminera par une célébration à 18h00 à l’église Saint-François-de-Sales, présidée par le Vicaire épiscopal, l’abbé Pascal Desthieux. Avant le départ, la mosaïque de l’église de St-Martin – qui illustre la Pêche miraculeuse – sera bénie par Mgr Pierre Farine. Dans chaque station, les pèlerins seront accueillis par la communauté du lieu et le texte de l’évangile correspondant à la mosaïque sera lu, avant une courte méditation.

Le pèlerinage du 22 avril aura lieu par tous les temps. Venez nombreux !  Télécharger le flyer et le livret

CHEMIN DE JOIE Avec le Christ Ressuscité

Pèlerinage AVEC SIX ETAPES DE RESURRECTION

Prières sur les parvis, à l’extérieur des églises

Dimanche 22 avril 2018

10h30               ST-MARTIN Onex

Rencontre sur le rivage

12h15               EPIPHANIE Lignon

                                   La Résurrection

PIQUE NIQUE TIRÉ DES SACS

15h05               ST-JEAN XXIII Petit-Saconnex

                                   Jésus et Thomas

16h05               ST-NICOLAS DE FLUE Montbrillant

                                   Marie de Magdala au tombeau

17h05               BASILIQUE NOTRE DAME Place Cornavin

                                   Les femmes et les hommes au tombeau

Déplacement en transport public

18h00               ST-FRANÇOIS DE SALES Chêne-Bourg

                                   Les disciples d’Emmaüs

MESSE ET APERITIF 

18h  Eglise St-François de Sales (16, av. Petit Senn – Chêne-Bourg)

Le billet du vicaire épiscopal – Est-ce que vos batteries sont bien rechargées ?

Une dame rencontrée lors du café après une messe nous raconte qu’elle tient un salon de coiffure et que l’autre jour, un client est arrivé las et fatigué. Elle l’a interpellé : « Monsieur, avez-vous bien rechargé votre smartphone ? Oui, répondit-il. Et votre ordinateur portable ? – Aussi. – Et votre tablette ? – Egalement. – Et les autres appareils qui ont besoin d’être rechargés ? – C’est tout bon, acquiesça-t-il. Et vous, ne voyez-vous pas que vous êtes complètement déchargé ? Il ne faut pas oublier de vous recharger ! » Merci Madame pour cette belle image !

C’est vrai, nous avons tous besoin de recharger nos batteries. Et vous, comment le faites-vous ? Repos, marche, lecture, détente, rencontre, retraite, temps de prière ?

Je viens d’animer une journée de récollection pour les catéchistes de la Broye sur le thème de la messe. Lors d’une remontée après un échange en groupe, ces catéchistes ont témoigné à plusieurs reprises combien la messe était un lieu ressourçant, d’ouverture à Dieu et aux autres, un moment privilégié où on se libère des soucis pour Lui laisser la place.

L’Eucharistie est, selon la belle formule du Concile, « source et sommet de toute la vie chrétienne » (Lumen Gentium 11). Nous la vivons assez bien comme un « sommet » quand nous participons à une fête comme les célébrations pascales que nous venons de vivre. Mais n’oublions pas qu’elle est aussi une « source » où nous pouvons recharger nos batteries !

Heureux Temps pascal, dans la joie du Ressuscité !

 

Abbé Pascal Desthieux Vicaire épiscopal

Le pèlerinage d’été à Lourdes lance son nouveau site

L’Association du pèlerinage d’été de la Suisse romande à Lourde (APESRL) a lancé son nouveau site internet. Pratique et simple d’accès, le nouveau site a été pensé comme une plateforme où les pèlerins et les curieux trouveront l’essentiel des informations relatives au pèlerinage d’été.

Rendez-vous donc sur http://pele-ete-lourdes.ch/

Avec pour thème « Faites tout ce qu’il vous dira », le pèlerinage d’été se déroulera du 15 au 21 juillet 2018, sous la présidence de Mgr Jean-Marie Lovey, évêque de Sion.

Les inscriptions sont ouvertes !

Le site :

La page d’accueil met en avant les galeries photo, l’inscription en ligne au pèlerinage et les informations publiées sur le site. Trois rubriques incontournables qui permettront aux Romands de rester en lien avec leur pèlerinage d’été. Donner à voir, informer et faciliter l’accès au pèlerinage à ceux qui se rendent à Lourdes au mois de juillet, tel est l’objectif du site.

La newsletter (sur inscription) relaiera les informations diffusées sur le site, la rubrique des téléchargements permettra de se procurer des documents relatifs au pèlerinage. Un coup d’oeil sur les liens utiles vous donnera accès aux sites d’actualité religieuse, aux sites des diocèses et des vicariats romands. Ceux qui le souhaitent pourront soutenir le pèlerinage en faisant un don.

Un carrefour

Pensé comme un carrefour, le site permettra également aux membres du comité, aux prêtres et plus largement à l’organisation de communiquer avec les pèlerins. Les romands de Lourdes se tiendront informés mais ils trouveront aussi sur le site les homélies, des réflexions en lien avec la pastorale.

Le site reflète également la volonté de l’APESRL d’unifier le pèlerinage à l’échelle romande.

En janvier 2017, sous l’impulsion de la Conférence des ordinaires de la Suisse romande (COR), la nouvelle Association a vu le jour. L’organisation a, entre autres, remplacé les sections cantonales par deux pôles : la pastorale et la coordination. On retrouve ces deux aspects de l’organisation sur le site.

Contact : Bernard Hallet – 078/615 74 98

Cérémonie du Souvenir pour les familles qui ont perdu un enfant 

Samedi 17 mars à 17h00
les aumôneries des HUG (Hôpitaux Universitaires de Genève) organisent avec les soignants une
 
Cérémonie destinée aux familles en deuil d’un enfant ou d’un prématuré.
 
Si cette cérémonie s’adresse bien sûr aux familles dont l’un des leurs est décédé aux HUG, elle est ouverte à toute personne qui aurait besoin de faire mémoire d’un enfant disparu.
 
Cette cérémonie n’est pas religieuse au sens où elle s’inscrirait dans une religion en particulier, mais elle se veut ouverte à toute personne, croyante ou non. La dimension spirituelle n’en n’est pas absente pour autant.
 
« Nous sommes une équipe pluridisciplinaire de la maternité et de la pédiatrie (médecins, infirmières, sages-femmes, aumôniers) qui préparons chaque année une cérémonie du souvenir en mémoire des enfants, nouveaux-nés, touts-petits, décédés bien trop tôt. Elle est destinée aux familles qui ont été touchées de plein fouet par la disparition prématurée de leur enfant, mais aussi  aux soignants qui ont accompagnés les patients et leurs proches.
 
Chacun, chacune, traverse le deuil à sa manière, avec ses ressources psychique, physique, sociale et spirituelle. Ce temps de mémoire communautaire est l’occasion de faire un pas, de marquer  par un geste symbolique le lien qui unit les proches, au-delà de la mort, avec un être que l’on a côtoyé pendant plusieurs années ou que l’on n’a pas eu le temps de connaître, mais que l’on a déjà rêvé et senti dans son ventre.
 
La symbolique forte des contes permet  aussi à chacun, quel que soit son âge, de puiser dans ce répertoire universel, une image, un mot, une histoire qui va l’accompagner sur son parcours de vie.
Cette année, nous avons choisi de donner un contour au souvenir, à l’aide d’un conte et de la symbolique de la colombe. Une manière de mettre en forme l’irreprésentable, ce qui aurait pu être mais ne sera pas, le goût d’inachevé que laisse un deuil prématuré.
 
Nous serons accompagnés par Alix Noble, conteuse, thanatologue et dotée d’une riche expérience professionnelle et personnelle. Le pianiste Guy François Leuenberger également compositeur et improvisateur mettra ses qualités musicales au service de ce temps du souvenir.
 
Alors, quel que soit votre cheminement, vous êtes bienvenu-e, seul-e , en couple, en famille ou avec des proches.
 
La cérémonie aura lieu le
Samedi 17 mars 2018, à 17h, aux Hôpitaux universitaires de Genève
Rue Gabrielle-Perret-Gentil 4, 1205 Genève
Salle Opéra, Niveau 0
 

En marche à vos côtés