Solidarité avec les réfugiés

Les catholique du canton de Genève ont entendu le message du Pape François en faveur de l’accueil des réfugiés. J’ai relayé cet appel auprès des agents pastoraux réunis dans la paroisse du Sacré-Cœur en présence de Mgr Charles Morerod.

À l’occasion du Jeûne genevois, un mandement a été publié par la Plate-Forme Interreligieuse de Genève,  mandement que nous avons soutenu et relayé.

Pour celles et ceux qui cherchent comment répondre à cette appel, notre Aumônerie Genevoise Œcuménique auprès des requérants d’asile et des réfugiés , l’AGORA, vous propose de vous guider et de vous accompagner dans vos démarches. Elle vous remet  un « petit guide solidaire pour aider les réfugiés » : ce guide a été réalisé par la « coordination asile.ge ».

En vous remerciant d’avance de l’attention portée à ces lignes, je vous prie d’agréer mes salutations les meilleures.

+ Pierre Farine
Administrateur du Vicariat de Genève

 

Téléchargez le petit guide solidaire pour aider les réfugiés (nouvelle version)

 

bandeau-FB

« La Foi sans œuvres est morte » : homélie de l’abbé Vincent Lafargue

 

En ce 24e dimanche du Temps ordinaire, nous vous proposons l’homélie de l’abbé Vincent Lafargue (curé d’Evolène, Hérémence et Vex). Bon dimanche !

Posted by Église catholique romaine-Genève – ECR on dimanche 13 septembre 2015

Mandement du Bureau du Comité de la Plateforme interreligieuse pour le Jeûne genevois

syrie_visages

Version imprimable (cliquez ici)

A l’origine du Jeûne genevois, il y a eu dès le 16ème siècle la volonté de la population et des autorités de se solidariser avec les victimes de persécutions et avec les personnes obligées de s’exiler pour trouver refuge.

Depuis des mois des événements dramatiques ont contraint des populations entières, des familles, des jeunes et des enfants à fuir la barbarie au risque de leur vie. Ils viennent en particulier du Moyen Orient ou de la Corne de l’Afrique. Les pays d’accueil en première ligne sont submergés faute d’aide internationale suffisante et les nouveaux arrivants se voient contraints de poursuivre leur fuite jusqu’en Europe.

Par ce mandement, nous demandons que notre pays prenne sa part dans l’accueil des réfugiés de ces contrées. Dans nos communautés, nous avons de nombreux descendants de personnes qui, tout au long des siècles, ont trouvé asile à Genève ou en Suisse suite à diverses persécutions religieuses ou politiques. Notre cité héberge les principales organisations humanitaires dont le mandat est le respect du droit humanitaire et du droit d’asile. Nous en sommes fiers et nous devons nous en montrer dignes.

Les mots et les prières sont indispensables, mais ils ne suffisent pas face à la détresse des milliers d’êtres humains qui ont un urgent besoin d’un lieu où poser ce qui leur reste d’espoir. Il faut nous associer à des actes de solidarité concrets sans tarder.

Le Bureau du Comité de la Plateforme interreligieuse de Genève invite ses communautés membres, les autorités de notre canton et la population genevoise à se mobiliser pour participer d’une manière ou d’une autre à cet accueil et protéger les victimes de ces situations intolérables.

Historique du Jeûne genevois

Pèlerinage de la rencontre : une semaine pour connaître l’autre dans sa différence

abbaye-st-maurice-1500ans-grisA l’occasion du 1500e anniversaire de l’Abbaye de St-Maurice, des personnes de différents courants, horizons et conditions sociales chemineront ensemble de Genève à Saint-Maurice du 15 au 22 septembre. Une démarche qui a pour but d’oser la rencontre avec les autres et de faire l’expérience que nos différences nous enrichissent.

Une première en Suisse

C’est la première fois en Suisse qu’un pèlerinage est organisé afin de permettre à des paroissiens, personnes engagées par l’Eglise et personnes en situation de fragilité de cheminer ensemble avec comme objectif principal de mieux se connaître et de s’enrichir mutuellement. Une vingtaine de personnes feront l’ensemble du trajet de Genève à St-Maurice. Elles seront rejointes durant la semaine par d’autres pèlerins pour une ou plusieurs étapes à Versoix, Nyon, Morges, Lausanne, Vevey, Villeneuve et Bex. Les pèlerins d’une semaine et ceux qui le souhaitent dormiront dans des abris PC.

Participation des communautés chrétiennes locales

A chaque étape, les marcheurs seront accueillis par les paroissiens du lieu. Un repas sera préparé ou organisé par la communauté. Des moments de convivialité qui seront l’occasion d’échanges avec les pèlerins. Chaque paroisse apportera sa touche personnelle lors de ces étapes durant la messe ou les moments d’animation.

Trois évêques se mettront en route

Mgr Pierre Farine, Mgr Alain de Raemy et Mgr Morerod participeront à certaines étapes du Pèlerinage de la rencontre. Ils marcheront avec les pèlerins et célèbreront la messe dans les paroisses hôtes. Le mardi 15 septembre à 10h, Mgr Farine concélèbrera la messe d’envoi des pèlerins à la basilique Notre-Dame à Genève et se mettra ensuite en route pour deux jours jusqu’à Nyon. Mgr Alain de Raemy marchera de Villeneuve à Bex le lundi 21 septembre. Enfin, les pèlerins seront accueillis à St-Maurice par Mgr Morerod qui vivra avec eux la conclusion du pèlerinage.

Rencontre avec une communauté musulmane

Suivant la démarche d’ouverture aux différences au cœur du Pèlerinage, les participants rencontreront des membres de la communauté musulmane de Vevey le samedi 19 septembre pour un temps de rencontre.

Célébration par la COR et partage sur les fragilités

Vendredi 18 septembre une messe célébrée en présence de la Conférence des Ordinaires Romands aura lieu à l’église Sainte-Thérèse à Lausanne. Elle sera présidée par Mgr Rémy Berchier. Les évêques, chanoines et vicaires épiscopaux se mêleront aux pèlerins. Une célébration particulière au cours de laquelle des représentants ecclésiastiques entre autres partageront une expérience personnelle de rencontre avec le Christ dans la fragilité.

Contact :

Inès Calstas : 076 384 74 92

Pascal Bregnard : 079 890 74 28

 

Téléchargez les flyers :

Étape de Genève (15 septembre)
Étape de Versoix (15 septembre)

 

ECR EN MARCHE _COUL LOGO-ECVD-WEB-SOLIDARITES-2

 

 

L’abbé Desthieux est nommé adjoint au Vicariat de Genève

DSC_1000Genève, 04.09.2015 (cath.ch-apic) L’abbé Pascal Desthieux, curé modérateur de l’unité pastorale Eaux-Vives – Champel, a été nommé, à compter du 1er septembre 2015, adjoint de l’administrateur du vicariat épiscopal pour le canton de Genève, à 25 %. Il secondera l’évêque auxiliaire Mgr Pierre Farine dont la démission pour raison d’âge a été acceptée par le pape en juin dernier, mais qui a conservé sa charge pour un an.

Né le 18 mars 1970, près de Genève, Pascal Desthieux a été ordonné prêtre le 20 avril 1997 à Lausanne. Il fut ensuite vicaire à la paroisse Notre-Dame à Lausanne. De 1996 à 2001, il a été coordinateur du Centre romand des vocations (CRV). En 1999, il est nommé vicaire des paroisses d’Yverdon et de Grandson. En juillet 2001, il arrive à Romont comme curé du secteur pastoral. Il revient dans le canton de Genève en 2012.

Bien connu dans les médias, l’abbé Desthieux est également l’auteur de deux livres parus aux Editions St-Augustin, “La messe. enfin je comprends tout!” et “La confession…enfin je comprends mieux!” (apic/mp)

 

(Photo: Pierre Pistoletti)

Courrier Pastoral – septembre 2015

CP_BAND_WP

Au sommaire du numéro de septembre :

  • Asile : Foyer d’Anières
  • Rencontre : Maria Chavez-Camacho
  • Assemblée Générale de l’ECR
  • Nominations de la rentrée 2015
  • Agenda de Mgr Pierre Farine
  • L’agenda du mois de septembre
 
> lire le Courrier Pastoral

 

Édito :   Sourions, c’est la rentrée !

Nous voulons être une foi, une proposition. Sourions, c’est la rentrée !

Et surtout gardons le sourire. C’est prouvé l’exposition à la lumière du soleil nous rend plus joyeux. Déjà nos grand-mères nous conseillaient d’aller « prendre l’air » en cas de mauvaise humeur et elles n’avaient pas tort. Le fait de sortir, d’aller se balader, aère l’esprit et influe positivement sur notre moral. D’ailleurs, si les gens sont généralement plus gais et moins susceptibles les jours où le soleil brille, ce n’est pas un hasard.

Alors avec un si bel été notre capital bonheur est là et bien là. Ne le bradons pas. Mettons-le en valeur et offrons-le autour de nous. Car nous, nous sommes à l’abri, à l’abri des guerres, des violences et nos noms n’ont pas été écrits ce 20 juin dernier, lors de la journée mondiale des Réfugiés. Nous sommes en sécurité, en confiance (p.7).

Et surtout nous continuons d’être dans la Joie, celle partagée le 31 mai dernier sur les routes genevoises et qui nous accompagne encore aujourd’hui. Elle nous permet d’envisager cette nouvelle année pastorale avec confiance. Confiance en notre capacité à accueillir les changements à venir comme des opportunités (p.9).

Pour que l’automne à venir soit aussi beau que l’été qui s’achève, faisons ensemble le pari d’une année pastorale riche en rencontres, par monts et par vaux. Dans nos églises, sur nos parvis et même dans les salles obscures !

«J’ai toujours aimé le désert. On s’assoit sur une dune de sable. On ne voit rien. On n’entend rien. Et cependant quelque chose rayonne en silence » (Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince)»

Guylaine Antille

 

 

 

En marche à vos côtés