Mgr Farine voit sa démission acceptée par le pape

officielle_MgrFarineLe pape François a accepté aujourd’hui la démission de Mgr Pierre Farine, évêque auxiliaire pour le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg. Dans l’intervalle, Mgr Farine est nommé « Administrateur du vicariat épiscopal pour le canton de Genève pour une durée maximale d’un an » par l’évêque diocésain, Mgr Charles Morerod.

Comme le veut le droit de l’Eglise, tout évêque doit présenter au pape la « renonciation à son office » à 75 ans (âge de la retraite pour les évêques). C’est ce qu’a fait Mgr Farine, évêque auxiliaire depuis 1996, qui a fêté ses 75 ans le 31 mai. Sa requête a été acceptée le 30 juin 2015 par le Pape.

Par conséquent, Mgr Charles Morerod nomme Mgr Pierre Farine « Administrateur du vicariat épiscopal pour le canton de Genève pour une durée maximale d’un an ». Cette nomination ne change en rien la vie de l’Eglise, ni genevoise ni diocésaine. Elle permet cependant de laisser le temps à une réflexion sur la suite à donner au vicariat genevois.

Mgr Morerod tient à exprimer sa gratitude à son évêque auxiliaire, Pierre Farine, pour tout le travail qu’il a déjà accompli au sein du diocèse et lui adresse ses vœux pour la suite de son ministère.

EvecheLGF

 

Diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg

Service diocésain de la communication

 

Entre Lacs : émission du 18.06.2015

To top March 1 th season of the show Between Lakes, Daniel Bernard brought together Protestants and Catholics from both sides of the border. For work, leisure, shopping … and even for religious services, Swiss and French know no borders. But the institutions they have taken so far?

Françoise Verdonnet assumed many commitments in the diocese of Annecy, today with the pastoral care of Catholic education in Haute-Savoie. Pastor Roland Benz, come from science, teaches theology at the Ecumenical Workshop in Geneva. Dr. Jean-Marc Ventre plays an important role in animation – especially Bible – Protestant communities in Annecy. Finally, Father Marc Passera, pastor of Thônex, participates in an ecumenical reflection involving the Franco-Swiss ministry.

Each of the guests will share his experiences to tell how « Believing today ». Finally the challenges are quite similar that either one side or the other of the border: civil society is not spontaneously hospitable to believers. And these have to reinvent new ways to present and share « the proposal of faith. » And all are reduced to the essential requirement that is « Remember to love. »

Here are 3 years Entre Lacs is a monthly event produced by Sibylle Pastré on behalf of RCF Haute-Savoie. Various subjects representing cultural and spiritual contribution of Geneva have been presented by journalist Daniel Bernard. Such collaboration serves a population that crosses borders and who rightly feel the need to learn and understand. 

© RCF / Josiane Griot
© RCF / Josiane Griot


On RCF Haute-Savoie
Issue of Thursday, June 18, 2015 at 11:00.
Rediffusion Saturday, June 20 at 18:15.
To listen on FM 89.2 or live via internet:  https://rcf.fr/radio/RCF74
To Podcast from broadcasting on:  https://rcf.fr/culture/entre-lacs

 Between Lakes – a Geneva contribution to RCF Haute-Savoie program.

 

Mgr Pierre Farine à 75 ans. Retour sur sa vie et son expérience d’évêque à Genève

Mgr PFarineierre Farine, évêque auxiliaire à Genève depuis 1996, a fêter son 75e anniversaire le 31 mai 2015. Comme le veut le droit de l’Eglise, il présentera alors sa démission au pape François. Dans l’ECR Info du mois de mai, il revient sur sa vie et son expérience d’évêque à Genève. Avec une volonté et un désir: marcher jusqu’au bout.

Q.: Mgr Farine, à quelques jours du 75e anniversaire de votre naissance et du 50e anniversaire de votre ordination sacerdotale pouvons-nous dire que vous êtes un homme heureux?

Mgr Pierre Farine : Oui, je suis heureux parce qu’Il m’a aimé le premier. Je n’ai rien fait pour qu’il en soit ainsi. Et pourtant c’est ainsi. C’est un étonnement qui ne tarit pas en moi. Cet émerveillement me conduit à la joie, d’où ma devise: “Soyez toujours dans la joie du Seigneur”. C’est le Seigneur qui est source de joie et je bois à cette source.

Q.: Votre ordination épiscopale a eu lieu le 20 octobre 1996. Quels souvenirs gardez-vous de cette journée? Et de celle de l’annonce de votre nomination ?

PF: L’annonce de ma nomination par le pape Jean Paul II, le 6 août 1996, fut totalement inattendue. Je savais que j’étais sur la “liste”. Mais je connaissais aussi les deux autres noms. Ils étaient à mes yeux bien mieux placés que moi. D’où ma surprise.

Je garde un souvenir très précis de mon ordination épiscopale. Saint François de Sales m’a accompagné durant toute la célébration avec cette phrase que lui-même rapporte au moment de son ordination épiscopale:” Dieu m’avait ôté à moi-même pour me prendre à lui et puis me donner au peuple”. Mais surtout, j’ai été impressionné par la foi et la présence chaleureuse de ma famille, des amis, de la famille diocésaine.

Q.: Quelles étaient vos appréhensions à ce moment-là ? Lesquelles se sont réalisées?

PF: Une seule question: la charge va-t-elle m’engloutir? Pourrais-je faire face? Qu’est-ce qui m’attend? Les premiers temps, j’étais persuadé que, même physiquement, j’allais sombrer. Je dois tout au Seigneur par l’intermédiaire pédagogique et attentif du délégué épiscopal d’alors, un ami, l’abbé Jean-Paul de Sury et de tous les autres que je ne saurais nommer et qui m’ont accueilli avec une parfaite amitié et charité.

Mais d’autre part je me disais: ‘Bien fait pour toi. Tu as accepté la charge. Avance. Tu n’as pas le droit de te plaindre’. J’ai fait une découverte importante. Jamais je ne croyais que les forces du mal soient si puissantes, sournoises et si pernicieuses, même à l’intérieur de l’Eglise. Mais j’ai goûté, et maintenant encore, de façon indicible la douce rosée de Sa grâce.

Q.: La charge épiscopale est lourde, mais variée pouvez-vous décrire vos principales activités?

PF: J’ai toujours privilégié le ministère de la rencontre: rencontre du Christ dans la prière, la prière de l’Eglise, les sacrements, l’Eucharistie. C’est primordial. Avant de parler du Christ aux autres, il faut parler au Christ des autres.

Rencontre personnelle avec les premiers collaborateurs de l’évêque: prêtres, agents pastoraux. Je tiens beaucoup à ce qu’ils soient en forme et aient de la joie et de l’enthousiasme. C’est un souci qui m’a habité tout au long de mon mandat, et que j’espère avoir pu remplir au plus juste.

Rencontres riches dans le cadre des confirmations: ébloui par les lettres de demande de sacrement reçues à ce jour (environ 14’000, toutes lues avec attention.) Reconnaissant aux innombrables catéchistes prêtres et laïcs qui accompagnent les jeunes avec amour et compétence.

Rencontres dans les réunions: Les réunions quelles qu’elles soient ne sont de loin pas toutes ‘fabuleuses’. Elles doivent concourir au seul objectif qui est de favoriser la rencontre des fidèles avec le Seigneur.

Q.: A quoi ressemble une journée ordinaire d’un évêque auxiliaire? Une semaine?

PF: A rien. Ce qui est constant, ce sont les heures de sommeil et les heures de prière.

Q.: Après le décès de Mgr Genoud, vous avez été nommé administrateur diocésain. Une charge que vous avez occupée un peu plus d’un an, du 26 septembre 2010 au 11 décembre 2011. Qu’en retenez-vous ?

PF: Ce n’est pas un, mais quatre diocèses. Quand le pape Paul VI recevait Mgr Mamie, il lui demandait: ‘Comment vont vos diocèses?’ C’est à mon avis ingérable. La personne qui est évêque diocésain est une espèce de PDG qui est partout et nulle part.

A part ça être sans cesse plongé dans des diversités originales et enrichissantes a quelque chose de grisant. Mais je doute que cela serve beaucoup le peuple de Dieu. En négatif, je retiens que nous étions en période agitée par les problèmes de pédophilie dans l’Eglise. Et cela n’a été facile pour personne. On a beaucoup évoqué la souffrance des victimes, et c’est juste. Mais j’ai aussi pris conscience que ce fut une souffrance pour tout le monde.

Q.: En début d’année, on a beaucoup parlé du redécoupage du diocèse et de l’éventualité d’un évêché à Genève? Quel serait pour vous l’intérêt d’un tel redécoupage? Les risques?

PF: Genève raisonnablement a toutes caractéristiques pour être évêché… mais une consultation a été lancée par Mgr Morerod, attendons de voir ce qu’elle nous apprendra.

Q.: Parmi vos nombreuses charges, quelles sont celles qui vous apportent le plus de plaisir? Et à l’inverse celles qui sont les plus contraignantes ? Pourquoi?

PF: Je les aime toutes ou je finis par les aimer toutes. J’aime bien le principe de plaisir. Non pas un plaisir qui tourne autour de moi, mais le plaisir de savoir que l’on fait, ou du moins qu’on essaie de faire, la volonté de Dieu. Dans les situations les plus pénibles, il y a toujours un rayon de lumière, parfois comme un petit filon d’or dans de la boue. La petite espérance, c’est quand même quelque chose

Q.: Le 31 mai 2015 sera une journée de fête pour l’Eglise de Genève à travers un Chemin de joie, partant de Champ-Dollon et allant jusqu’à Bernex (cf encadré).

PF: Marcher, la vie est un pèlerinage. J’ai toujours aimé la marche. Je demande à Dieu de marcher jusqu’au bout. C’est une belle image pour notre Eglise.

Q.: Et plus personnellement, ce sera le jour de vos 75 ans, que signifie cet anniversaire pour vous? Et en tant qu’évêque?

PF: Merci Seigneur. Si je suis là, c’est que tout vient de lui.

Q.: Une fois votre mandat d’évêque remis, qu’allez-vous faire?

PF: Continuer à vivre en portant dans la prière et dans d’autres activités le diocèse de Lausanne Genève et Fribourg. Continuer le ministère d’une autre manière. Me mettre au service d’une ou plusieurs UP ou par un engagement dans la diaconie. C’est assez ouvert.

Q.: Qu’auriez-vous envie de dire à votre successeur?

PF: Confiance en Dieu, Confiance dans les autres. Veille à ce que l’Eglise vive dans l’harmonie. Tu es un tout petit maillon dans la chaîne de la transmission du message. Tiens fort. Si petit que tu sois, Dieu te donnera force et courage.

Q.: Que pouvons-nous vous souhaiter pour ces prochains mois?

PF: “Que je passe ma vie à passer en Dieu”, selon la prière du petit Placide.

 

Propos recueillis par Guylaine Antille

Courrier Pastoral – juin 2015

COUV_CP_2014_3

Au sommaire du numéro de juin: 

  • Pastorale des jeunes : Les JMJ de Fribourg
  • Témoignage : Mgr Gemayel sur les Chrétiens d’Orient
  • Genève : Les Robots-tueurs débattus à l’ONU
  • Agenda de Mgr Pierre Farine
  • L’agenda du mois de juin
 
> lire le Courrier Pastoral

 

Édito :   Nous voulons être une foi

Nous voulons être une foi, une proposition.
En présentant à la presse les premiers Rendez-vous Cinéma de l’ECR (27-31 mai), Monseigneur Pierre Farine a formulé une belle définition de la place et du rôle qu’il conçoit pour l’Eglise. « Nous ne sommes plus au Moyen-Age, quand on naissait catholique, on vivait catholique, on mourait catholique et on ne savait pas pourquoi on était catholique! », a-t-il souligné en se référant à l’époque qui a inspiré la plupart des douze films proposés au public dans le cadre des Rendez-vous Cinéma « Il est une foi ». « Nous sommes passés d’une religion imposée à une religion proposée », a-t-il ajouté. « Dans une société d’une richesse extraordinaire, nous voulons être une foi, une proposition », un «service offert», un lieu de «débat et de dialogue» aussi, a affirmé l’évêque auxiliaire.
Que propose l’Eglise? « Des moments incroyables! », clament les affiches de la campagne grand public de l’ECR qui tapissent les bus de Genève ces jours. Et nous vous invitons à découvrir un bel exemple de ces moments hors du commun avec le récit de Sébastien Baertschi, animateur de la Pastorale des jeunes, de retour des Jour-nées mondiales de la Jeunesse (JMJ) à Fribourg (p.3).
Ici et ailleurs, la foi chrétienne est souvent une voix qui s’élève pour que les souffrances humaines ne soient pas un « bruit de fond ». Dans ce numéro du Courrier pastoral nous vous proposons le témoignage de l’évêque de
l′éparchie maronite Notre-Dame du Liban à Paris, Mgr Maroun Nasser Gemayel sur la très grave situation des Chrétiens d’Orient. Avec force et courage, il lance un vibrant plaidoyer en faveur de la sauvegarde d’une pré-sence vivante des chrétiens dans cette région troublée. « Les Chrétiens d’Orient peuvent établir un pont culturel, spirituel et politique » entre chrétiens et musulmans, affirme-t-il en évoquant une « main tendue à l’Islam ». (p. 4-5).
A l’Onu, la voix de l’Eglise s’est levée pour mettre en garde contre une possible dérive de la course aux arme-ments. Le Saint-Siège a pris la parole pour poser une limite à la « déshumanisation » que pourrait impliquer le recours aux robots-tueurs, des systèmes létaux d’armes automatiques à l’étude, capables de cibler et tuer sans intervention et sans contrôle humains (p. 6). Pour le Prix Nobel de la Paix Jody Williams aussi «l’utilisation de ces armes franchirait une ligne morale et éthique qui ne doit pas être franchie » (p. 7).
Pour cause de pause estivale, le Courrier pastoral ne paraîtra pas en juillet et août. Pour vous faire patienter jus-qu’en septembre, nous avons glissé une huitième différence à chercher dans le jeu en page 18 😉 !

Bel été et bonne lecture!

Silvana Bassetti

 

 

 

IL EST UNE FOI se clôt avec un bilan positif

Une première édition des Rendez-vous Cinéma IL EST UNE FOI de l’ECR bouclée sous le soleil et avec le sourire.

Plus de 1’000 personnes ont participé aux différents événements, séances cinématographiques, rencontres et autres débats dans le cadre de cette manifestation.

Bien que l’affluence ait été très irrégulière, les premiers retours des participants sont positifs. Et nous encouragent à aller de l’avant.

 

Gérard Morin, cinéaste et membre du comité Cinéma ECR Giuliano Montaldo, réalisateur italien Monseigneur Pierre Farine, évêque auxiliaire. Lors de la présentation du film: Giordano Bruno et du débat qui a suivi.

 

 

 

En marche à vos côtés