Siddharta

Séance le samedi 6 mai à 17h00

Débat :LA TENTATION BOUDDHISTE
Samedi 6 mai à 18h20 après la séance de 17h00

L'histoire

En Inde, au Ve siècle avant Jésus-Christ, le jeune brahmane Siddhartha quitte la maison familiale pour partir en quête du sens de la vie avec son ami Govinda. Après des années comme pèlerin mendiant, il laisse Govinda suivre un sage pour chercher sa propre illumination. Tombé amoureux de la courtisane Kamala, il entre toutefois au service du marchand Kamaswami, s’enrichit et s’égare dans une vie de plaisirs qui ne parvient pas à le satisfaire. Un jour, il abandonne tout et finit par s’établir près du fleuve auprès du passeur Vasuveda. C’est là, à l’écoute de la nature, qu’il atteint enfin la paix intérieure et la sagesse suprême.

 

Le point de vue de Norbert Creutz

Longtemps un film-mystère, Siddhartha n’a été distribué en Suisse qu’en 1997, soit après la sortie du Little Buddha de Bernardo Bertolucci (1993). Parmi les rares tentatives occidentales d’approcher la religion bouddhiste, on peut cependant préférer cette adaptation du livre lui-même très controversé de Hermann Hesse. Ce dernier imagine en effet un personnage de fiction qui évolue en marge du Bouddha historique, Siddhartha Gautama, juste croisé! Tourné entièrement dans le nord de l’Inde avec une équipe anglo-indienne et le chef opérateur de Bergman Sven Nykvist, ce film tranquille (trop pour certains) et visuellement splendide est une véritable invitation à la spiritualité. Loin de l’époque psychédélique qui l’a vu naître, on redécouvre une œuvre restée unique, jusque dans son appel à trouver le chemin de la sagesse par ses propres expériences.

 

L'auteur

Ovni du cinéma américain, Conrad Rooks (1934-2011) n’est l’auteur que de deux films devenus «cultes», l’expérimental Chappaqua (1966) et le plus classique Siddhartha (1972). Fils de Russel Rooks, PDG de la firme de cosmétiques Avon, il abuse de substances diverses dès son plus jeune âge, voyage et plonge dans la culture beat. Après la disparition de son père en 1962, une cure le guérit de ses addictions et il hérite d’une fortune qui lui permet de financer Chappaqua, semi-autobiographie psychédélique (avec Allen Ginsberg en Messie!) primée au Festival de Venise. Il remet ça pour l’adaptation du roman philosophique de Hermann Hesse (1922). Il se marie ensuite en Inde puis vit retiré en Thaïlande, rêvant d’un retour impossible au cinéma.

 

Citation

«Après mon premier film, je me suis trouvé très porté sur l’Inde. Ma vie changea complètement, je devins Indien moi-même - avant de redevenir un étranger dans ce pays étrange. Mais le bouddhisme reste pour moi quelque chose de sérieux, un entraînement philosophique et psychologique de l’esprit dans lequel on ne devrait pas s’engager à la légère.» Conrad Rooks (en 2000)

 

États-Unis, 1972, 89 minutes,  VO A – ST F
Réalisation et production : Conrad Rooks
Scénario : Conrad Rooks, Natasha Ullman et Paul Mayersberg, d’après le roman de Hermann Hesse 
Photographie : Sven Nykvist
Musique : Hemant Kumar Mukherjee
Interprétation :Shashi Kapoor (Siddharta), Simi Rarewal (Kamala), Romesh Sharma (Govinda), Pincho Kapoor (Kamaswami), Zul Vellani (Vasudeva)