Mary

Séance le jeudi 4 mai à 17h00

Débat : L’ÉVANGILE DE FERRARA
Jeudi 4 mai à 18h25 après la séance de 17h00

 

L'histoire

Autour de la figure mythique de Marie-Madeleine, Ferrara tisse un film hybride racontant trois histoires simultanément : celle d’une actrice (Juliette Binoche), qui après avoir incarné l’emblématique disciple du Christ, plaque tout pour vivre à Jérusalem en quête d’absolu ; celle d’un réalisateur arrogant (Matthew Modine), sorte d’avatar de Mel Gibson, controversé pour avoir interprété Jésus dans son propre film ; et celle d’un présentateur de télévision (Forest Whitaker) cynique, agnostique et adultère qui anime une série d’émissions sur les Evangiles en traversant une crise d’athéisme, indécis à Manhattan.

 

Le point de vue d’Emmanuel Tagnard

Sorti en 2005 dans la foulée du best-seller Da Vinci Code de Dan Brown, Mary est un film âpre et complexe : Ferrara mélange religion, guerre au Moyen-Orient, cinéma et télévision dans un même scénario éclaté. Il nous plonge surtout aux sources de la foi et du doute, nous rappelant le rôle de Marie-Madeleine comme premier témoin de la résurrection. Elle est la première chrétienne, l’apôtre des apôtres. Il y a eu une  volonté de l’écarter. L’Eglise, une affaire uniquement d’hommes ? Les derniers plans du film montrent Mary avec d’autres femmes ramenant une barque vers un rivage. Peut-être est-ce l’arrivée aux Saintes-Maries-de-la-Mer ? Peut-être. C’est, en tout cas, un lumineux moment de grâce.

 

L'auteur

Né en 1952, Abel Ferrara est l’enfant terrible et trash du cinéma new-yorkais. Italo-Américain affublé d'un prénom biblique, Ferrara commence comme chanteur d'un groupe rock puis cinéphile transporté par Godard, Truffaut et Pasolini. Son premier long métrage est projeté dans un cinéma porno. Aujourd'hui, artiste majeur, obsessionnel et sans concession, il est encore un peu méprisé du grand public. Très respecté aux Etats-Unis, Ferrara est l’auteur de films ultraviolents comme King of New York (1992), Bad Lieutenant (1992) ou Nos funérailles (1996). Foi, rédemption et pardon sont les thèmes majeurs d’une œuvre toujours en recherche du Sens ou du symbolique. En 2014, il réalise Welcome to New York dans lequel Gérard Depardieu incarne le personnage de DSK.

 

Citation

« Y a-t-il vraiment une différence entre les tensions d’il y a 5'000 ans et celles de la nuit dernière ou de demain matin ? » - Abel Ferrara, Le Temps

 

Italie – France – États-Unis, 2005, 83 minutes,   VO A – ST F
Réalisation : Abel Ferrara
Photographie : Stefano Falivene
Musique : Francis Kuipers
Interprétation : Juliette Binoche (Marie Palesi/Marie Madeleine), Forest Whitaker (Ted Younger), Heather Graham (Elizabeth), Matthew Modine (Tony Childress/Jesus), Marion Cotillard (Gretchen Mol), Stefania Rocca (Brenda Sax), Marco Leonardi (l’apôtre Pierre), Elio Germano (l’apôtre Mathieu)
Production : Roberto De Nigris, Fernando Sulichin