Archives par mot-clé : joie

Amoris Laetitia – Novembre

Chaque mois la pastorale familiale attire notre attention sur un thème extrait d’Amoris Laetitia… ce mois-ci un extrait sur la Miséricorde en Eglise.

amoris-laetitia-novembre

296. Le Synode s’est référé à diverses situations de fragilité ou d’imperfection. À ce sujet, je voudrais  rappeler ici quelque chose dont j’ai voulu faire clairement part à toute l’Église pour que nous ne nous trompions pas de chemin : « Deux logiques parcourent toute l’histoire de l’Église : exclure et réintégrer […]. La route de l’Église, depuis le Concile de Jérusalem, est toujours celle de Jésus : celle de la miséricorde et de l’intégration. […]. La route de l’Église est celle de ne condamner personne éternellement ; de répandre la miséricorde de Dieu sur toutes les personnes qui la demandent d’un coeur sincère […Car] la charité véritable est toujours imméritée, inconditionnelle et gratuite ! » Donc, « il faut éviter des jugements qui ne tiendraient pas compte de la complexité des diverses situations ; il est également nécessaire d’être attentif à la façon dont les personnes vivent et souffrent à cause de leur condition ».

49. Dans les situations difficiles que vivent les personnes qui sont le plus dans le besoin, l’Église doit surtout avoir à cœur de les comprendre, de les consoler, de les intégrer, en évitant de leur imposer une série de normes, comme si celles-ci étaient un roc, avec pour effet qu’elles se sentent jugées et abandonnées précisément par cette Mère qui est appelée à les entourer de la miséricorde de Dieu. Ainsi, au lieu de leur offrir la force régénératrice de la grâce et la lumière de l’Évangile, certains veulent en faire une doctrine, le transformer en « pierres mortes à lancer contre les autres ».

Exhortation apostolique post-synodale Amoris Laetitia- extraits des chapitres 8 et 2 

 

Retrouvez le message de la Pastorale Familiale et les autres extraits ici : ecr-ge.ch/Amoris-Laetitia

Amoris Laetitia – Octobre

Chaque mois la pastorale familiale attire notre attention sur un thème extrait d’Amoris Laetitia… ce mois-ci un extrait sur l’éducation des enfants.

octobre-amoris-laetitia

276. La famille est le lieu de la première socialisation, parce qu’elle est le premier endroit où on apprend à se situer face à l’autre, à écouter, à partager, à supporter, à respecter, à aider, à cohabiter.

La tâche de l’éducation est d’éveiller le sentiment du monde et de la société comme foyer, c’est une éducation pour savoir ‘‘habiter’’, au-delà des limites de sa propre maison. Dans le cercle familial, on enseigne à revaloriser la proximité, l’attention et la salutation. C’est là qu’on brise la première barrière de l’égoïsme mortel pour reconnaître que nous vivons à côté d’autres, avec d’autres, qui sont dignes de notre attention, de notre amabilité, de notre affection.

Il n’y a pas de lien social sans cette première dimension quotidienne, quasi microscopique : le fait d’être ensemble, proches, nous croisant en différents moments de la journée, nous préoccupant pour ce qui nous affecte tous, en nous secourant mutuellement dans les petites choses de chaque jour. La famille doit inventer quotidiennement de nouvelles manières de promouvoir la reconnaissance réciproque.

Retrouvez le message de la Pastorale Familiale et les autres extraits ici : ecr-ge.ch/Amoris-Laetitia

amorislaetitiafb

Amoris Laetitia – Septembre

Chaque mois la pastorale familiale attire notre attention sur un thème extrait d’Amoris Laetitia… ce mois-ci un extrait qui donne le ton de l’exhortation apostolique du Pape François.

201. Cette exhortation « exige de toute l’Église ‘’une conversion missionnaire (…) : il est nécessaire de ne pas s’en tenir à une annonce purement théorique et détachée des problèmes réels des gens ‘’ ». L’enjeu pastoral est de « faire connaître par l’expérience que l’Évangile de la famille est une réponse aux attentes les plus profondes de la personne humaine : à sa dignité et à sa pleine réalisation dans la réciprocité, dans la communion et dans la fécondité. Il ne s’agit pas seulement de présenter des normes, mais de proposer des valeurs en répondant ainsi au besoin que l’on constate aujourd’hui (…)». 

211. Nous sommes au défi de développer « avant tout une pastorale du lien, par laquelle sont apportés des éléments qui aident tant à faire mûrir l’amour qu’à surpasser les moments durs ».

Retrouvez le message de la Pastorale Familiale et les autres extraits ici : ecr-ge.ch/Amoris-Laetitia

Une année avec Amoris Laetitia

L’annonce chrétienne pour la famille est une bonne nouvelle  Une année pour réfléchir à l’exhortation apostolique Amoris Laetitia avec la Pastorale familiale Signée par le pape François à l’issue de deux années de travaux menés par le Synode des évêques en 2014 et 2015 sur la famille, l’exhortation Amoris Laetitia (La Joie de l’amour) est un texte à découvrir « avec patience, morceau par morceau », comme l’écrit le pape au début de ce document de 250 pages publié en mars 2016. Pendant une année, la Pastorale familiale à Genève, nous propose de redécouvrir ce texte sur l’amour dans la famille avec une sélection de dix extraits que nous publierons mois après mois dans ce journal. Le Vicaire épiscopal Pascal Desthieux et la Pastorale familiale nous expliquent les raisons de cette initiative

Quelle enthousiasmante surprise génère l’exhortation apostolique Amoris Laetitia, d’autant plus que sa lecture est grandement facilitée par la limpidité du style du Pape François ! Même si ce texte n’apporte pas de changements du point de vue disciplinaire sur les questions qui préoccupent les catholiques, il amène un réel changement dans le ton et dans l’esprit. Miséricorde, accompagnement, discernement : voici les mots-clés de ce document qui se centre sur les divers cheminements humains, dans toute leur beauté et surtout très attentif à leur complexité afin de les remettre au cœur de toutes les préoccupations pastorales. Amoris Laetitia incite à une « conversion » de l’Eglise qui va bien au-delà des services de pastorales familiales et à laquelle chaque agent pastoral, prêtre ou laïc doit travailler. Pour nous, il est un précieux document qui nous encourage à continuer ce qui se fait déjà, autour de la préparation des mariages notamment, et nous met également en chemin pour développer de nouveaux projets à Genève, autour de l’éducation à l’affectivité des jeunes et de l’accompagnement des divorcés en particulier. Mettre en œuvre les documents magistériels n’est pas chose évidente en pastorale, ainsi nous proposons cette année de goûter quelques extraits de La Joie de l’Amour. Dans une société où tant d’individus cherchent des chemins de réalisation de soi et des sources de bonheur, nous avons quelque chose d’essentiel à proposer. Cette exhortation renforce l’enjeu pastoral d’une annonce de l’Evangile qui puisse révéler ce qu’il recèle de bon pour l’homme et la femme de ce temps. Et pour cela, nous avons en François un bon guide, les gens le comprennent et s’intéressent à ce qu’il annonce. Laissons ce style rénovant imprégner notre agir pastoral !   Le Vicaire épiscopal, abbé Pascal Desthieux salue cette initiative: « Oui, La Joie de l’Amour est un texte stimulant pour notre pastorale et nos rencontres avec des fiancés, des couples en joie ou en difficulté, des ‘cabossés’  d’un amour déçu, et aussi pour nous-mêmes. Merci à la Pastorale familiale de nous offrir, au fil des mois, de bonnes ’piqûres de rappel’ pour ceux qui ont déjà lu l’exhortation post-synodale ou des perles qui invitent à en lire davantage », ajoute-t-il.     

La Pastorale familiale 

En marche à vos côtés