Archives de catégorie : Informations

ACTU_CPastoral

Courrier Pastoral – Novembre 2016

CP_BAND_WP

Au sommaire du numéro de novembre :

Diocèse Session diocésaine : Mission impossible ?
Rencontre Un capucin à Madagascar
Centenaire Charles de Foucauld
ECR Atelier de lecture à Genève, collaboration en Église
CES Message pour le dimanche des peuples
Jésuites Université en ligne pour populations en marges
ECR Hommage à Sr Marie-Bosco Berclaz
ECR Page du Vicaire Episcopal 
Agenda du mois de novembre


> lire le Courrier Pastoral

Édito :  La communication… une mission impossible ?

Dire ce qui est fait aux quatre coins du canton au nom de Jésus-Christ telle est la vocation du service de communication de l’ECR.

Le Courrier pastoral est un acteur fondamental pour que soient tissés entre nous tous des liens essentiels à l’accomplissement de la mission de l’Eglise. Essentiel, car il va vers chacun de nous, sur le terrain, à l’orée de chacune de nos périphéries, car comme le dit Sylvie (en page 3) « la périphérie est avant tout ce qui est autre ». Il va mais surtout il vient de nous, acteurs aux talents multiples et qui ensemble « faisons l’Eglise qui est à Genève ».

Si parler de communication c’est avant tout parler de ce qui nous touche, de ce qui mérite à nos yeux d’être partagés avec d’autres, nous pouvons dire que votre Eglise met tout en oeuvre pour que la communication soit accessible au plus grand nombre… en particulier à ceux qui restent sur nos parvis. C’est dans cette optique que le service de communication s’est enrichi de la présence d’une animatrice en communauté web, en la personne d’Aurélie Duret.

Cet éditorial est également pour moi l’occasion de vous dire merci. Merci pour faire vivre nos différents canaux de communication par vos contributions, vos actions sur les multiples terrains de la pastorale. Merci pour votre bien-veillance à l’égard de celles et ceux qui sont des messagers parmi d’autres, parmi et pour vous.

Et aussi merci pour votre généreuse réponse à notre appel aux dons de septembre 2016 pour soutenir le Courrier pastoral.

Parce que la foi se communique avant tout au travers de nos actions et de nos vies, n’oublions pas que le témoignage chrétien est avant tout celui d’un amour inconditionnel comme nous le rappelle le Père Stefano (en page 5).

Alors nous pourrons ensemble partager l’affirmation : la communication est possible… elle est essentielle car porteuse d’un amour qui nous dépasse toutes et tous.

Guylaine Antille
Responsable Communication ECR

 

« Déconstruire les discours de la haine » : le Courrier Pastoral est en ligne !

Le phénomène mondial du djihadisme s’est manifesté par une série d’attentats particulièrement meurtriers. Le journalisme, qui a vocation à décrire les faits, a-t-il également la possibilité de désamorcer la violence politico-religieuse ? Telle était la question posée par le numéro de l’été de la revue de la Fondation Hirondelle, organisation qui depuis vingt ans crée ou soutient des médias d’information indépendants dans des zones de guerre et de tensions. Avec un début de réponse dans l’éditorial de Jean-Marie Etter, directeur général de la Fondation : « peut-être faut-il élargir le champ de notre investigation, étendre notre enquête sur la dimension religieuse de nos sociétés, afin d’en ôter le monopole aux extrémistes ». J’ai été séduite ! Et je voulais en savoir plus sur cet homme et cette Fondation, intéressée que je suis par le rôle des médias et de l’information dans la perception des réalités du monde et de la société. Il peuvent attiser ou déconstruire les discours de la haine et de la peur, ici et ailleurs. J’ai donc proposé une rencontre à M. Etter. Il a tout de suite accepté.

Son interview est à lire en pages 2 et 3, pour entrevoir le travail complexe de la Fondation qui œuvre pour une information de paix et de dialogue et contre la polarisation, qui dans les situations de conflits « s’accentue jusqu’à la négation totale de l’autre, jusqu’à son meurtre », souligne M. Etter. De son témoignage, surgit aussi le profil d’un homme engagé et ouvert, très au fait sur les questions spirituelles.

Ce Courrier pastoral d’octobre vous propose également un article sur la pédagogie TeenSTAR, spécialement conçue pour aider les jeunes à découvrir leur corps, comprendre le sens de la sexualité, de l’amour, de la relation à l’autre et sur la démarche de la Pastorale familiale à Genève qui promeut une formation à la pédagogie TeenSTAR en février à Genève. Elle est ouverte à toutes et à tous (pages 4 et 5).

En pages 6 et 7, nous faisons le point sur la Plateforme Dignité et Développement, un projet diocésain d’action et de réflexion voulu par l’évêque de Lausanne, Genève et Fribourg, Mgr Charles Morerod, pour explorer les enjeux sociétaux à la lumière de l’enseignement social chrétien.

Enfin en page 17, nous vous proposons de découvrir en image les visages des nouveaux arrivés dans la famille de l’ECR- Genève. La qualité artistique des portraits, et j’en suis la seule responsable, est médiocre, mais les sourires sont bien là !

Bonne lecture !

Silvana Bassetti

cpoctobre2016cover

Courrier Pastoral de la rentrée

« Le monde est en guerre car il a perdu la paix »

Septembre, c’est la fin des vacances, période de repos bénéfique pour la plupart d’entre nous avant que le rythme intense de la rentrée ne se réinstalle. Mais comment ne pas évoquer les douloureuses blessures toujours saignantes que cet été d’attentats successifs a infligé à notre monde ?

Le Père Jacques Hamel, le prêtre de 85 ans égorgé le 26 juillet dans l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray (France) par deux jeunes se réclamant de l’Etat islamique, avait publié un texte dans la feuille paroissiale du mois de juin pour souhaiter des bonnes vacances à ses fidèles. Des paroles que je voudrais partager avec vous en sa mémoire, en hommage aux victimes de la violence terroriste et en signe d’espoir, tellement son message nous appelle à nous ressourcer dans l’amour pour le témoigner avec détermination.

« Les vacances – a écrit le père Hamel – c’est un moment pour prendre de la distance avec nos occupations habituelles. Mais ce n’est pas une simple parenthèse. C’est un temps de détente, mais aussi de ressourcement, de rencontres, de partage, de convivialité (…)  Puissions-nous en ces moments entendre l’invitation de Dieu à prendre soin de ce monde, à en faire, là où nous vivons, un monde plus chaleureux, plus humain, plus fraternel ». Et de conclure « que les vacances nous permettent de faire le plein de joie d’amitié et de ressourcement. Alors nous pourrons, mieux pourvus, reprendre la route ensemble ».

Dans ce testament involontaire, le père Hamel nous invite à reprendre la route ensemble, dans la confiance de Son amour pour le témoigner et le partager dans notre quotidien. Cette route qui se dessine à chaque rentrée peut paraître plus difficile et imprévisible cette année, dans un monde en guerre. Oui, le « monde est en guerre car il a perdu la paix », a déclaré le pape François dans l’avion qui le menait à Cracovie (Pologne) pour les Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ).  « Mais il ne s’agit pas d’une guerre de religions » parce que «les religions veulent la paix», a ajouté le Saint-Père. Et aujourd’hui plus que jamais nous sommes tous appelés à être constructeurs de paix. En puisant dans l’élan de joie des JMJ (pages 4-5), en cheminant ensemble lors du Pèlerinage de la Miséricorde du 25 septembre (pages 6-7), en respirant le souffle de l’exhortation apostolique Amoris Laetitia sur la famille (p. 13)  pour être des « pièces à conviction » de Sa miséricorde.

A découvrir aussi dans ce numéro de la rentrée, l’interview de Carla Del Ponte. L’ancienne procureure du tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie nous parle de son engagement pour la justice, élément essentiel pour construire la paix.

Bonne lecture et belle rentrée ! 
Silvana Bassetti 

Pour lire le Courrier Pastoral cliquez ci dessous

CP_SEPTEMBRE_2016_Page_01

ECRPublicationsabonnement

Musica-sacra.net

Le relevé de l’utilisation d’œuvres musicales et autres créations protégées par le droit d’auteur est obligatoire. Les communes ecclésiastiques et les paroisses sont appelées à assumer une partie du travail en fournissant des relevés.

Les données livrées servent à répartir les redevances perçues entre les détenteurs respectifs des droits d’auteur. La Conférence centrale catholique romaine de Suisse (RKZ) et la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS) ont conclu des contrats avec plusieurs sociétés de gestion de droits d’auteur dans le but de faciliter le règlement des redevances dues et l’exécution des relevés nécessaires.

Vous trouverez plus d’information en consultant le site musica-sacra.net et la brochure ci-dessous.

musicasacra1

 

 

 

ACTU_CPastoral

Courrier Pastoral – Mai 2016

CP_BAND_WP

Au sommaire du numéro de mai :

  • EGLISE: Mgr Gaillot à Versoix
  • DEBAT: Religion et extrémisme
  • TEMOIGNAGE: Le combat de Beate et Serge Klarsfeld
  • PAROISSES: La fondation Saint-Loup-Vandelle
  • ECR: Claude Wilhelm, aumônier à l’aéroport
  • EGLISE: Père Cottier, hommage
  • URBI ET ORBI: Amoris Laetitia
  • EN BREF
  • Page du Vicaire épiscopal
  • L’agenda du mois de mai
  

> lire le Courrier Pastoral

 

Édito :   Religieusement correct ?

Les religions facteur de paix ou de violence ? Une question vieille (presque) comme le monde et à laquelle l’actualité semble répondre de façon quasi axiomatique que la religion est bien coupable des temps troubles et des tensions que traverse notre monde. Ici en Europe aujourd’hui, on pense bien sûr aux attentats de Bruxelles, revendiqués par Daesh pour « tuer un grand nombre de croisés », et il est tentant d’assimiler l’islam au problème. Pour le professeur Tariq Ramadan, invité à un débat du Club Suisse de la Presse (pp.4-5), une telle vision nous condamne-rait à tomber dans le piège tendu par les extrémistes qui veulent semer la haine et la division.

Le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon aussi a mis en garde contre toute assimilation d’une seule religion à la violence. « Bien qu’il soit inévitable que nos discussions s’appuient sur des exemples concernant Daesh ou Boko Haram, (…) le phénomène de l’extrémisme violent qui favorise le terrorisme n’est pas enraciné ou confiné à une religion, une région, une nationalité ou un groupe ethnique », a affirmé Ban Ki-moon lors de la Conférence sur la prévention de l’extrémisme violent au Palais des Nations de Genève, le 8 avril dernier (p.8). L’objectif des extrémistes violents est que « nous nous tournions les uns contre les autres », a ajouté le chef des Nations Unies en se faisant le paladin de la prévention dans la lutte indispensable à l’extrémisme violent, négation absolue du ‘vivre ensemble’. Discours religieusement correct qui sied à la diplomatie onusienne ? Ou, bien au contraire, exhortation bienvenue à élargir notre regard et à agir pour créer la confiance entre les communautés et promouvoir les droits de l’homme ?

Autre question : la religion peut-elle contribuer à lutter contre l’extrémisme ? Oui, répond Michel Veuthey, membre de l’Appel spirituel de Genève et autre intervenant au débat du Club Suisse de la Presse. Pour lui, devant la violence, « notre message, doit être : n’oubliez pas les religions ! », car elles peuvent être « instrument de réconciliation et source d’inspiration pour le respect des droits fondamentaux ».

Presque en écho, Monseigneur Jacques Gaillot, invité de l’Unité pastorale Jura (p. 2-3), affirme que « face aux terrorismes qui se réclament de Dieu, il ne faut surtout pas répondre par la haine, la violence, le racisme ». « Semons la solidarité, la fraternité, la paix… » – a-t-il ajouté en parlant de la Miséricorde. Pour « témoigner de l’Évangile, nous avons besoin que l’autre nous reconnaisse comme un frère pour lui ».

Silvana Bassetti

 

LOGO_CP_2

Courrier Pastoral – Avril 2016

CP_BAND_WP

Au sommaire du numéro d’avril :

  • ECR : Mgr Farine « L’Église à Genève est vivante »
  • ECR : Bertrand Bacqué, un diacre qui aime le cinéma
  • ŒCUMÉNISME : Le jour du judaïsme
  • ECR : IL EST UNE FOI :, programme films et débats
  • MANIFESTE : Les Églises comme lieux d’asile ?
  • TÉMOIGNAGE : L’accueil des migrants en Grèce
  • LIVRE : P. Desthieux « Habiter le silence »
  • DIOCÈSE : « Être chrétien, c’est quoi ? »
  • L’agenda du mois d’avril
  

> lire le Courrier Pastoral

 

Édito :   Des paroles qui nous portent

« Voici près de vingt ans, j’ai été chargé du ministère d’évêque auxiliaire pour le canton de Genève. Et aujourd’hui de manière publique je remets ma charge ». Le 29 février, Mgr Pierre Farine a passé le témoin au vicaire épiscopal, l’abbé Pascal Desthieux. Prenant la parole lors de la messe d’action de grâce pour son ministère (p.3), il a su trouver les paroles pour dire à ses compagnons de route, à ses amis et aux fidèles la force de sa vocation et partager sa joie d’être pasteur.

« Mon merci va d’abord au Dieu Trinité parce qu’il m’a appelé ‘des ténèbres à son admirable lumière’ » a-t-il dit. Action de grâce aussi « d’avoir exercé mon ministère à Genève » et pour « tout ce que j’ai vécu de beau, pour tout ce que nous avons partagé à commencer par notre foi en Christ » et également pour « tout ce qui se vit au jour le jour chez chacun d’entre nous, dans nos paroisses, dans nos mouvements et groupements », a-t-il ajouté. C’est un « beau visage d’Eglise », celui d’une Eglise qui mérite une « bonne et juste place » dans la société pour pouvoir contribuer « à la construction du bien commun et d’une société accueillante aux personnes les plus fragiles et ouverte aux défis de notre monde ». Des paroles stimulantes, qui nous portent. Certes, admet-il en page 2, il y a des zones d’ombre: les communautés se fragilisent et les vocations sont rares. Et puis il y a le « dossier très difficile de la pédophilie », nous a-t-il dit en soulignant la « conversion » en cours. « Même sur ce point douloureux, j’estime que l’Église montre qu’elle est vivante ». A notre tour de remercier Mgr Farine pour sa grande confiance et son sourire, en lui souhaitant de profiter de cette nouvelle liberté.

Dans ce numéro du Courrier Pastoral, nous donnons aussi la parole au diacre Bertrand Bacqué (p.4-5). Il nous confie le cheminement de sa vocation et de son engagement. Avec les membres du comité-cinéma – Briana Berg, Michel Colin, Anne Deshusses-Raemy, Serge Lachat, Gérald Morin et Geoffroy de Clavière – il a participé à la programmation de la deuxième édition des Rendez-vous Cinéma de l’ECR IL EST UNE FOI. Une démarche de l’ECR à la fois pastorale et d’ouverture sur la Cité (p. 7), selon les souhaits de Mgr Farine.

En page 8 et 9, nous abordons la question de l’asile, avec un manifeste du pasteur Pierre Bühler pour que vive la « vieille tradition de l’asile de l’Eglise », et le témoignage d’un bénévole de l’AGORA de retour de Grèce, Xavier Aguilera, consterné par la faiblesse de la réponse à la détresse des réfugiés qui arrivent sur l’île de Lesbos.

Une fois n’est pas coutume, je voudrais vous inviter à découvrir avec attention les annonces publiées dans les pages de ce journal : elles sont nombreuses et diverses, elles illustrent ce beau visage d’une Eglise « qui va de l’avant », si chère à Mgr Farine. Bonne lecture !

Silvana Bassetti

 

ACTU_CPastoral

Courrier Pastoral – Février 2016

CP_BAND_WP

Au sommaire du numéro de février:

  • SOLIDARITÉ : Rendre visible la Miséricorde
  • CAMPAGNE DE CARÊME : Accès à la vie pour tous
  • ECR : La PMT vous accueille à la Jonction
  • MEDIA : RTS et religion, où va-t-on ?
  • ECR : Visitre pastorale de Mgr Morerod à l’UP Salève
  • ÉGLISE : Hommage à Mgr Roduit
  • UBI ET ORBI : La miséricorde du Pape François
  • Agenda de Mgr Pierre Farine
  • L’agenda du mois de février
 
> lire le Courrier Pastoral

 

Édito :   « Service après-vente » ?

« Ça, c’est du service après-vente ! ». Assis à la table d’un bistro, un magazine sous les yeux et une bière à la main, cet homme d’un certain âge fait l’éloge du pape François, à sa façon, et m’interpelle du regard. « Vous voyez, chère Madame, moi je n’aime pas trop les prêtres et après la mort de mon épouse, j’ai arrêté d’aller à la messe. Ça ne me dit plus rien. Mais il m’arrive de prier », se confie-t-il. « Mais qu’entendez-vous par ‘service après-vente’ ? », je m’enquiers. « Après les belles paroles, très belles même, ce pape est très concret. Savezvous qu’il a fait installer des douches au Vatican pour les gens à la rue. Est-ce qu’ici l’Église fait la même chose ? » « Oui, elle aide des gens, mais ce n’est pas toujours très visible », je réponds, en hésitant à dévoiler mon statut de « déléguée à l’information » au Vicariat de l’ECR-Genève (je ne le fais pas), mais je lui parle de l’engagement de dizaines d’agents pastoraux (il ne connaît pas le mot !), de prêtres et de bénévoles auprès des exclus, des détenus, des malades, des personnes âgés ou des familles en détresse… Il paraît intéressé, pas très surpris, et j’hésite à lui proposer un abonnement au Courrier Pastoral (mais encore une fois je m’abstiens), où chaque mois je m’efforce de mettre en lumière l’engagement de l’Église pour faire vivre l’annonce de la Bonne Nouvelle. Et ce numéro du mois de février n’échappe pas à la règle !

En pages 2 et 3, Nicole Andreetta, aumônière à l’AGORA, Inès Calstas, responsable de la Pastorale des Milieux ouverts et Federica Cogo, animatrice pastorale à l’Aumônerie des prisons, nous éclairent sur les efforts de leurs trois services pour que la Miséricorde de Dieu soit visible « à travers nos œuvres », comme le demande le pape, surtout en cette Année de la Miséricorde. « En tant qu’Eglise, nous aimerions poser un signe d’accueil au cœur d’un climat politique et social qui encourage la peur de l’étranger et/ou du fautif », affirment-elles alors que sur les murs de nos rues ont fait leur réapparition les « moutons noirs » chassés à coups de pattes du pré helvétique.

L’Église à Genève a aussi ouvert un nouveau lieu d’accueil pour donner une espérance aux personnes en souffrance dans leur travail ou dans leur situation de non-travail. «Pas de baguette magique, pas d’emplois ou de recettes miracles » (…) mais un lieu de rencontre et de discussion avec «l’ajout d’une petite (mais puissante!) touche spirituelle, couleur particulière, sur la palette du réseau social genevois », explique en page 6 Brigitte Mesot, de la Pastorale du Monde du Travail.

Pour finir, je vous invite à lire (pages 8 et 9), l’interview de Bernard Litzler, directeur de Cath-Info, qui nous aide à faire le point sur l’avenir des émissions religieuses sur les chaînes publiques de la Suisse romande.

Bonne lecture !

Silvana Bassetti

 

 

 

Courrier Pastoral – janvier 2016

CP_BAND_WP

Au sommaire du numéro de janvier :

  • ENTRETIEN : Sœur Anne-Lécu, médecin en prison
  • ECR: « Encore une FOI », tout sur l’édition 2016 des rencontres cinématographiques de l’ECR
  • ECR : L’entrée en catéchuménat, les cœurs en fête
  • FOI : Pourquoi aller en Terre Sainte ?
  • GENÈVE : Projet de loi sur la laïcité
  • L’INVITÉ : Le pape en Afrique, regard africain
  • Agenda de Mgr Pierre Farine
  • L’agenda du mois de janvier
 
> lire le Courrier Pastoral

 

Édito :   Dieu avec nous

Au regard des défis et des souffrances qu’affronte l’humanité, Noël, ses lumières, ses cadeaux et son esprit festif, peuvent apparaître en grave décalage. Aussi, l’ouverture de la Porte sainte de la basilique Saint-Pierre lors de l’inauguration du Jubilé de la Miséricorde le 8 décembre dernier par le pape François peut sembler un geste presque dérisoire. Et pourtant ! C’est à Noël que nous célébrons la volonté de Dieu de vivre parmi nous, jusque dans nos ombres, nos faiblesses et nos blessures, c’est là aussi qu’il vient nous rejoindre.

« Jésus reste au milieu du monde, au cœur du pire, pour être véritablement Dieu avec nous, même quand nous ne nous en sentons pas dignes », affirme Sœur Anne-Lécu, dominicaine, médecin en prison. « La miséricorde – affirme-t-elle dans l’entretien en page 2 et 3 – c’est quand Dieu prend sur lui la misère. Il ne se penche pas vers l’homme comme un riche se penche sur un pauvre. Il vient partager nos vies ». Pour Sœur Anne-Lécu, la miséricorde est « un baume sur nos relations difficiles ». Alors, quoi de plus important et pertinent en ces moments troubles et tourmentés que la quête, la pratique et l’annonce de la Miséricorde ?

«Franchir la Porte Sainte nous engage à faire nôtre la miséricorde du bon Samaritain», a affirmé le pape le 8 décembre (p. 9). Dans l’évangile de Luc, le bon Samaritain, en voyage, ne demande pas si l’homme qu’il croise sur la route, laissé pour mort par des bandits, est un vaurien ou un honnête homme. C’est une personne qui a besoin d’aide et cela lui suffit pour agir. « Va et fais de même », enjoint Jésus au docteur de la loi qui le questionne. L’Évangile ne nous dit pas que cela est facile ou commode, ni sans interrogation ou défi, mais il nous annonce que nous ne sommes pas seuls, que Dieu est avec nous et qu’il nous attend dans la rencontre de l’autre.

Dans ce premier numéro de l’année 2016, nous vous proposons de découvrir en primeur le programme et les nouveautés de la deuxième édition des Rencontres cinématographiques IL EST UNE FOI que l’ECR proposera ce printemps au public genevois (p. 4 et 5), ainsi que le regard enthousiaste d’un journaliste africain et musulman sur le récent voyage du pape François en Afrique (p.8).

Bonne lecture et belle année 2016 !

Silvana Bassetti

 

 

 

ACTU_CPastoral

Courrier Pastoral – décembre 2015

CP_BAND_WP

Au sommaire du numéro de décembre :

  • RENCONTRE: D. Marty « La barque n’est pas pleine »
  • ECR: Assemblée Générale
  • ÉGLISE : Un synode des familles, et après ?
  • ÉGLISE : Chemin de solidarité avec les Chrétiens d’Orient
  • ECR: Consécration de l’église Saint-Jean-XXIII
  • Agenda de Mgr Pierre Farine
  • L’agenda du mois de décembre
 
> lire le Courrier Pastoral

 

Édito :   La vie cachée…

La vie de la plupart des 8 milliards d’êtres humains qui peuplent la planète est une vie simple, cachée. Ils vivent, aiment, souffrent, se nourrissent, se reproduisent, meurent. Et puis les gestes quotidiens, toujours les mêmes, sont le lot de leur existence. On passe un temps fou à dormir, à manger, à vaquer à ses petites affaires. Beau-coup investissent tout leur temps pour s’ingénier à confectionner leur prochain repas.

Tous des anonymes. Tous à la recherche d’un morceau de bonheur.

Quelques noms émergent, car ils ont marqué leur époque: ils ont amélioré le sort du commun des mortels par leurs inventions, par leur influence spirituelle et morale.

On pourrait en déduire avec l’ecclésiaste que la vie n’est qu’une vaine répétition sans queue ni tête. Elle ne vaut pas la peine d’être vécue. La vie nous laisserait-elle désabusés. Tout est vanité et il n’y rien de nouveau sous le soleil ?

Et pourtant c’est bien cette vie, au jour le jour, que Jésus est venu accompagner, il l’a faite sienne. Il fait l’éloge du quotidien: Au contraire, la vie vaut d’être vécue parce qu’elle est la vie. Toute vie est un éblouissement mystérieux.

La maman qui nourrit son enfant, le papa qui va à son travail, le jeune qui peine sur ses études ou son apprentis-sage, les petites victoires quotidiennes sur son caractère, sur un bout de savoir faire, les paroles de consolation, de joie, de fraternité, les mots qui disent Dieu, les jeux, la joie, les loisirs, les souffrances assumées, c’est notre quotidien, où Jésus Fils de Dieu nous attend: C’est comme s’ils nous disait: « Depuis que je suis venu chez vous, vos gestes ne sont pas banals: Ils ont saveur d’éternité, il ont comme un goût de Dieu.

Car je marche avec vous sur les routes humaines. À vos côtés.

J’ai choisi d’habiter l’humanité du quotidien. Oui, avec vous je suis homme en humanité. »

Par le mystère joyeux de Noël, il se revêt de ce beau titre : Emmanuel ; Dieu avec nous, Dieu à nos côtés.

Que la joie de Noël nous illumine !

+ Pierre Farine

 

 

 

En marche à vos côtés