Archives de catégorie : Communiqués de presse

ACTU_CPastoral

Courrier Pastoral – Décembre 2016

CP_BAND_WP

Au sommaire du numéro de décembre :

Rencontre Bertrand Piccard et la spiritualité
Noël Secours aux Enfants Bethléem
Genève Accueil de réfugiés à Veyrier
Noël Genève, Noël à l’hôpital
ECR Journée des servants de messe
ECR IL EST UNE FOI 2017 : rendez-vous en mai
Livre La samaritaine
Genève Clôture de la Porte Sainte à Genève
Agenda du mois de décembre


> lire le Courrier Pastoral

Édito :  « Là où naît Dieu, naît l’espérance »

En novembre, les Portes Saintes des cathédrales et des basiliques de par le monde se sont refermées et les catholiques ont célébré la clôture de l’année jubilaire voulue par le Pape François. C’était la première fois que des Portes Saintes étaient ouvertes dans tous les diocèses du monde et tout au long de l’année. Des Portes Saintes éphémères ont même vu le jour en diverses occasions. Parmi celles-ci, la Porte mobile qui a accompagné les pèlerins genevois lors de la belle marche de la miséricorde du 25 septembre dernier, qui a fait étape dans des lieux d’accueil et de miséricorde du canton. Symbole d’une démarche de conversion, les Portes Saintes ont été le témoignage de cet appel à accueillir Son amour et à le partager. À Genève, les centaines de catholiques qui ont franchi la Porte Sainte ouverte à la Basilique Notre-Dame ont formé « un peuple de Dieu en marche », comme le souligne l’abbé Pierre Jaquet (page 13). En octobre, quelque 660 personnes ont pris part au pèlerinage de notre diocèse vers Rome et, selon le Vatican, l’Année sainte a attiré plus de 20 millions de pèlerins dans la Ville éternelle.

Mais au-delà de ces chiffres, établir le bilan d’une Année de miséricorde est impossible : la miséricorde n’a pas de prix et échappe à toute écriture comptable. J’avoue avoir rêvé d’un monde visiblement transformé par la Miséricorde, d’un tsunami d’amour qui aurait englouti nos égoïsmes pour mieux faire émerger aux yeux du monde ces jardins de fraternité qui prospèrent un peu partout. Au regard de la grande actualité de l’année 2016 qui s’achève, il pourrait paraître difficile de décrire un monde contaminé par la miséricorde. Indifférence, violences, conflits, injustices, exclusions n’ont pas cédé de terrain et une peur indéfinie semble s’installer dans nos sociétés. Mais je crois fermement à la fertilité des graines de la miséricorde semées tout au long de cette année et au-delà. Tout particulièrement aux semences qui ont pris racine dans le cœur des personnes invitées à Rome par le pape lors du Jubilé des sans-abris (pages 17 et 18). La miséricorde se manifeste tous les jours : à Veyrier et ailleurs, où des citoyens s’organisent pour accueillir au mieux les réfugiés attendus (p.6), ou à l’Hôpital de Genève où les aumôneries catholique et protestante se mobilisent chaque année pour offrir un cadeau aux personnes hospitalisées (p.7).

En pages 2 et 3, je vous invite à découvrir l’entretien avec le « saventurier » Bertrand Piccard : nous l’avons interrogé sur la spiritualité et il exprime son admiration pour le pape François et son courage.

« Là où naît Dieu, naît l’espérance » et « fleurit la Miséricorde », a déclaré le Saint-Père. Joyeux Noël !

Silvana Bassetti

 

Prière et Pénitence en faveur des victimes d’abus sexuels

schweizer-bischofskonferenzSchweizer Bischofskonferenz (SBK) – Informationsstelle
Conférence des évêques suisses (CES) – Service d’information
Conferenza dei vescovi svizzeri (CVS) – Servizio informazioni
 
Rue des Alpes 6, 1700 Fribourg, I : http://www.eveques.ch
T :+41 26 510 15 15, F : +41 26 510 15 16, E : info@conferencedeseveques.ch
 
________________________________________
Communiqué de presse
 
Invitation à une cérémonie de Prière et Pénitence en faveur des victimes d’Abus sexuels dans le contexte ecclésial suivie d’une conférence de presse
Les évêques suisses vous convient à vivre ensemble un moment de prière et pénitence en faveur des victimes d’abus sexuels dans le contexte ecclésial. Aussi correspondent-ils au souhait du pape François que lʼEglise catholique célèbre de telles journées de prière et pénitence dans le monde entier. Pour la Suisse, elle aura lieu
le lundi 5 décembre 2016 à 12h
à la basilique de Valère à Sion
Les évêques suisses ainsi que des représentants des Supérieurs Majeurs religieux de Suisse et une délégation des victimes exprimeront leurs intentions de prière en ce sens. Pour que le Seigneur assiste les victimes dans la guérison des blessures endurées et soutienne chaque effort voué à éloigner cette faute grave de toutes les structures et des modes de comportement et de pensée au sein de l’Eglise.
La journée de prière et de pénitence précède la 314e assemblée ordinaire de la Conférence des évêques suisses, qui se tiendra du 5 au 7 décembre 2016 à Sion et Viège.
A lʼissue de lʼoffice liturgique à la basilique, la Conférence des évêques suisses illustrera, dans le cadre dʼune conférence de presse dans les locaux du musée de la basilique de Valère, un bilan portant sur le thème des abus sexuels dans le contexte ecclésial. Vous êtes cordialement invités à cette conférence de presse, qui se tiendra
le lundi 5 décembre 2016 à 13h15
au musée de la basilique de Valère à Sion
Nous vous remercions de nous faciliter lʼorganisation de cet événement en vous annonçant par courriel ou par téléphone (tél. +41 26 510 15 15, secretariat@conferencedeseveques.ch).
La basilique de Valère représente depuis plusieurs siècles le sanctuaire de pèlerinage du diocèse de Sion. En 1987, le pape saint Jean-Paul II lui a conféré le titre de basilique.
 

Accès

En raison de la topographie particulière des lieux, lʼon conseille dʼy accéder par les moyens de transport publics. Lʼaccès en voiture est possible par Sion, « Rue du Tunnel »  « Rue des Châteaux »  « Place Zermatten »  dʼoù vous pourrez accéder au parking en parcourant les vignobles en ligne droite  la dernière étape, jusquʼà la basilique, nʼest faisable quʼà pied (env. 10 minutes).

Fratello…c’est bientôt

A l’occasion du Jubilé de la Miséricorde le Pape François invite à Rome les personnes en situation de précarité du 11 au 13 novembre 2016.

« Nous les pauvres, avec François à Rome au cœur de l’Eglise »

La Pastorale des Milieux Ouverts accompagnera une vingtaine de personnes du canton pour ce festival qui clôturera le Jubilé de la Miséricorde.

Des agents pastoraux s’engagent au quotidien auprès des personnes précaires, ils leurs apportent aide, écoute et réconfort. 

 

 

corina« Tout est si dur… J’espère qu’un jour je vais trouver du travail pour ne plus avoir à mendier. J’aimerais bien que quelqu’un m’aide pour changer ma vie et celle de ma famille. Je suis contente d’aller à Rome pour voir le Pape, pour rencontrer d’autres personnes mais aussi pour partager les 4 jours avec les amis de l’Oasis. » – Corina

Photo: Eric Roset

 

 _dsc5537

 « Pour moi, ce voyage est un cadeau et en même temps des vacances, car je partirai avec des personnes que j’aime. On visitera Rome tous ensemble et peut-être on verra le Pape ! Cela fait beaucoup d’années que je dors dans la rue : c’est très fatigant. J’espère que ma vie va changer un jour… » – Béni

Photo Eric Roset

 

fratellotemoignage3

 « Aller à Rome? En car? 12h de voyage! Mais pourquoi? Tout simplement pour être avec celles et ceux que je côtoie chaque lundi à l’OASIS, dont j’apprends à connaître les ressources, le courage autant que les difficultés et les travers, dans la situation de grande précarité qui est la leur. Ils sont les invités du Pape François. C’est une chance pour moi d’être à leurs côtés, à l’occasion du Jubilé de la Miséricorde, car j’ai au moins une certitude dans ma foi : mon prochain, c’est celui dont je me fais proche ou dont je me laisse approcher.» – Nicole

Pour plus d’information sur cette belle rencontre merci de contacter Inès Calstas, de la Pastorale des Milieux Ouverts, ines.calstas@cath-ge.ch

 
Pour soutenir Fratello, faites un don à l’ECR CCP 12-2782-6 et indiquez FRATELLO2016. Plus d’information sur la page nous-soutenir/projets

Retour sur la Session Diocésaine 2016

Quand « Mission impossible » réunit tout un diocèse

Quelque 400 prêtres, diacres et laïcs du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg se sont réunis à Palexpo (GE) du 4 au 6 octobre. Sur le thème « Mission impossible ? », ils ont décortiqué leur mission à la lumière l’exhortation apostolique du pape François : La Joie de l’Evangile. Ponctué par de nombreux témoignages, le grand rassemblement diocésain s’est clos sur un appel à des réflexions locales.

Retrouvez le communiqué de presse du diocèse ci-dessous

sessiondiocesaine2016communique

Pèlerinage de la Miséricorde à Genève

Conviées par le pape François, les communautés catholiques sont invitées à se lever  et à se mettre en marche !

Ce pèlerinage qui nous est proposé nous permettra de découvrir des lieux à Genève, où s’expérimentent au quotidien, le partage et l’accueil dans un esprit miséricordieux. Au fil des étapes, nous aurons ainsi l’occasion de rencontrer des personnes qui fréquentent ces espaces de vie et qui témoigneront de leurs expériences.

Une porte mobile, symbole de la « Porte de la Miséricorde », nous accompagnera.   Progressivement elle s’ornera de divers objets (textes, apports de nos riches partages, photos de circonstance).

L’abbé Pascal Desthieux sera des nôtres et il présidera la messe en fin de journée. La Miséricorde sera aussi du voyage… une miséricorde reçue, donnée, partagée, méditée et chantée sous le  regard bienveillant du Père ! Au plaisir de cheminer ensemble ! 

Le groupe BED (baptisés en dialogue)                   

Contact: Paul Baertschi pchj@sunrise.ch/ 079.313.27.28

Flyer de l’événement

Programme et horaires (sous réserve de modification)

Horaire    Lieux   Rencontres
 Dès    9h  Tattes
(1,ch. De Poussy Vernier)
 AGORA 
(9h30- 10h)
 11h
 
 Maison de Retraite du Petit Saconnex
(av. Trembley 12)
 Résidents
(11h-11h30)
 11h45-­­13h  Parc Trembley  Repas : Pic­nic tiré du sac
 13h15   Temple de la Servette
(55, av .Wendt)
 Oasis ( 13h15­-14h)
14h20  Accueil de nuit
(4, ch. Galiffe)
 Armée du Salut 
(14h20­-14h35)
 14h50

 Basilique Notre-Dame

 Passage de la Porte de la Miséricorde
(14h50­15h)
 15h15

 Temple des Pâquis 
(49, rue de Berne)
 Espace Pâquis
(15h15-­15h40)
16h
Eglise de la Trinité
(16, rue Ferrier)
Célébration eucharistique 
(16h-17h)
17h-18h   Apéritif
Morerod

«Il faut répondre par l’amour de l’ennemi»

Mgr Charles Morerod, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg, réagit après l’attentat de Rouen où un prêtre a été tué.

Article publié dans « Le Temps » du 27.07.2016

 

Le Temps: Quelle a été votre première réaction en apprenant cette nouvelle?

Charles Morerod: Une tristesse profonde, comme à chaque attentat. J’ai d’ailleurs hésité à réagir à celui-ci au prétexte qu’il vise les catholiques, alors que je n’avais rien dit sur d’autres attentats récents. J’ai tout de suite envoyé un message de condoléances à l’archevêque de Rouen. Je lui ai dit aussi que nous devons prier pour savoir répondre à cette violence à la manière dont le Christ nous l’a enseigné, par l’amour de nos ennemis. Un message typiquement chrétien.

– L’amour comme arme, franchement, vous y croyez?

– Le droit de se défendre est légitime, mais il faut éviter la vengeance. Car c’est exactement ce que ceux qui planifient les attentats attendent de nous. Voici une anecdote qu’on m’a rapportée: une musulmane a menacé une chrétienne de la tuer, au nom de sa religion. Celle-ci a rétorqué qu’elle allait l’aimer, au nom de sa religion. La femme musulmane en a été bouleversée.

– Sommes-nous entrés dans une guerre de religions?

– J’espère bien que non! C’est l’intention des terroristes, mais pas la mienne, ni celle du pape. Il faut à tout prix éviter l’escalade de la violence.

– Attendez-vous une réaction des communautés musulmanes?

– J’en ai déjà reçues. Je peux comprendre leur affectation, car ces attentats nuisent à leur image. Mais quoi que vous disiez à propos de l’islam, vous aurez quelqu’un qui dira le contraire. J’ai lu le livre d’Adrien Candiard: Comprendre l’Islam (ou plutôt: pourquoi on n’y comprend rien). Le Coran et les hadiths véhiculent souvent des messages contradictoires. On ne peut que demander aux musulmans de tout faire pour éviter l’interprétation violente de leur religion, mais c’est à eux de voir comment.

– Cet acte sur sol européen amènera-t-il à aider les Chrétiens d’Orient, abandonnés par l’Europe à leur sort?

– Peut-être et j’en serais heureux. Mais comment faire pour les soutenir sans renforcer ce qui a provoqué leur problème actuel, à savoir les accusations de collaboration avec l’ennemi en Irak? Quant à l’accueil en Europe, leur clergé est divisé, car cela implique qu’ils doivent quitter leur terre ancestrale.

– Faut-il protéger les églises?

– Pratiquement, c’est impossible, vu le nombre d’églises. Il vaut mieux ne pas céder à la panique.

 

Laure Lugon Zugravu
Journaliste enquêtrice à la rédaction de Genève (Le Temps)

 

Succès d’Il est une foi 2016 : Merci !

La deuxième édition des Rendez-vous Cinéma IL EST UNE FOI s’est achevée avec succès. Les quelques 15 films, 8 débats et 1 série ont ravis un public nombreux qui a suivi le programme officiel, participé aux rencontres organisées avec les invités, ainsi qu’aux débats, qui se sont déroulés dans un cadre d’une exceptionnelle attention et curiosité.
 
« Il est réjouissant de constater que le public a répondu présent à cette deuxième édition, en assistant parfois à des films difficiles comme la Sapienza d’Eugène Green ou Le journal d’un curé de campagne de Robert Bresson. C’est encourageant pour la suite car cela ouvre des perspectives en termes de programmation future. » Geoffroy de Clavière, délégué général du festival
 
Nous tenons à remercier particulièrement les intervenants qui auront beaucoup contribué à la qualité de cette édition : Eugène Green, Jean-Pierre Améris, Yves Bernanos, Jean-Luc Bideau, Edoardo Falcone, Esther Mamarbachi, Jihad Youssef, Roberto Simona, Lama Aleid, Jean-Louis de la Vaissière, Pierre Emonet, Charles-Hubert de Brantes, Eugène, Mgr Alain de Raemy, et Nicolas Glasson.
 
La richesse des échanges provoqués par les films de la programmation au cours de cette semaine, ne fait que confirmer l’importance de reconduire un tel évènement l’année prochaine, en intégrant vos précieux avis et remarques.
 
D’ici là, veuillez recevoir nos chaleureux remerciements pour votre intérêt et votre collaboration à l’aventure IL EST UNE FOI!
 
L’équipe des Rendez-vous Cinémas de L’ECR
 
Amanuel

Communiqué : expulsion d’Amanuel G.

ECC

Eglise catholique
chrétienne de Genève
3, passage du 1er Août
1212 Grand-Lancy
022 794 44 15

ECR

Eglise catholique
romaine – Genève
13, rue des Granges
1204 Genève
022 319 43 43

EPG

Eglise protestante
de Genève
2, rue du Cloître
1204 Genève
022 552 42 10

 

 

AmanuelLes Eglises protestante et catholique de Genève font part de leur vive inquiétude suite à l’expulsion d’Amanuel G. le 11 mars. Ce requérant érythréen vivait en Suisse depuis deux ans auprès de sa femme enceinte et de leurs deux enfants avant d’être renvoyé en Italie en vertu d’une décision administrative.

A travers ce cas dramatique, nos Eglises tiennent à rappeler le droit de chaque être humain à être traité dignement, en particulier à pouvoir vivre en famille.

Nos Eglises demandent à ce que toutes les démarches possibles soient prises pour éviter que de telles situations se reproduisent et invitent les autorités compétentes à œuvrer dans ce sens.

Genève, le 15 mars 2016

 

Jean Lanoy                                Pascal Desthieux                          Emmanuel Fuchs         
Vice-Président du Synode
Cantonal de l’Eglise 
Catholique chrétienne

Vicaire épiscopal de l’Église
Catholique romaine

Président de l’Eglise
Protestante

 

Lire le communiqué en version PDF

initiative-de-mise-en-oeuvre-inutile-irrespectueuse-et-injuste_fullview

Initiative de mise en œuvre : inutile, irrespectueuse et injuste

sbk_logo_sbk

L’initiative «Pour le renvoi effectif des étrangers criminels», qui sera soumise à votation le 28 février 2016, ne respecte pas certains principes des droits humains et ne permet pas une procédure juridique équitable. Elle attise la défiance à l’égard de notre justice, de la politique et des étrangers. Or, la dignité humaine fait partie intégrante des bases de la foi chrétienne. Au centre de la conception humaine telle que la comprend la foi chrétienne se trouve également le principe selon lequel ce sont les actes, et non la personne en tant que telle, qui peuvent être jugés. Les droits humains s’appliquent également aux étrangères et aux étrangers qui ont commis des actes répréhensibles. Les commissions «Justice et Paix» et migratio de la Conférence des évêques suisses jugent l’Initiative de mise en œuvre inutile, irrespectueuse et injuste.

 

Inutile

L’«initiative de mise en oeuvre» est trompeuse. Elle prétend mettre en application l’initiative «Pour le renvoi des étrangers criminels», approuvée par le peuple suisse en 2010. En réalité, elle constitue un durcissement drastique. Elle porte atteinte aux prescriptions du droit international et à des principes constitutionnels qui ont fait leurs preuves (principe de proportionnalité et Etat de droit), et fait croire que des étrangères et étrangers jugés coupables peuvent actuellement bénéficier d’un droit d’établissement illimité. En réalité, des délinquants sans passeport suisse sont déjà expulsés. L‘application de l’initiative «Pour le renvoi des étrangers criminels» définie par les instances fédérales est fondamentalement remise en question par l’«initiative de mise en œuvre», laquelle aboutirait, si elle était approuvée, à un durcissement important de la pratique actuelle en matière de renvoi et de conditions d’entrée. Ces types de contraintes sont indignes de la Susse et inutiles.

 initiative-de-mise-en-oeuvre-inutile-irrespectueuse-et-injuste_fullview

Irrespectueuse

L’Initiative de mise en œuvre déborde clairement du domaine constitutionnel, elle ignore le principe éprouvé de la séparation des pouvoirs préconisé par la justice suisse, par lequel il revient au peuple de définir les principes de base, alors que les éléments plus précis qui en découlent, la mise en œuvre et l’application sont confiés aux pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. Or, les motifs de renvoi pour de nombreux délits, et même pour des bagatelles, définis dans l’initiative laissent peu de marge de manœuvre aux tribunaux dans l’examen des cas individuels. Le non-respect de ces importants principes constitutionnels de base est indigne de notre démocratie et irrespectueux à l’égard des institutions de notre pays.

 

Injuste

Jusqu’à présent, la justice a adopté le principe suivant : «Ce qui est semblable est traité de manière identique et ce qui est dissemblable, de manière différente». Ce qui permet, selon les cas, de prendre en compte des circonstances particulières. La procédure de renvoi prévue dans l’«initiative de mise en oeuvre» ne respecte pas ce principe et traite les étrangers selon d’autres critères que les Suisses. Ainsi, des pères de famille pourraient être expulsés alors que leurs enfants et/ou épouse sont des citoyens suisses. Des étrangers de la seconde génération sans passeport suisse devraient être expulsés dans la patrie de leurs parents, où ils ne connaitraient parfois ni la langue ni la culture. Le droit au respect de la vie familiale, garanti dans l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme, est sacrifié sur l’autel de la peur à l’égard des étrangers criminels. Une telle procédure est en contradiction avec les principes de justice et d’équité. Du point de vue chrétien, les principes de la dignité humaine et de la miséricorde font rejeter l’initiative. S’opposer aux formes manifestes et subtiles d’atteintes à la dignité humaine fait partie du formidable héritage de la culture judéo-chrétienne. Il vaut la peine de protéger cette dignité, y compris dans le cas de délinquants, car la miséricorde de Dieu va aussi à la rencontre de l’être humain qui s’est égaré.

 

Pour toutes ces raisons, les commissions «Justice et Paix» et migratio s’opposent à l’Initiative de mise en œuvre. Elles ont rédigé cette déclaration par mandat de la Conférence des évêques suisses.

 

 

Fribourg, 26.01.2015

 

Wolfgang Bürgstein, Justice et Paix

Samuel-Martin Behloul, migratio

 

Pour des informations supplémentaires :

Dr. Wolfgang Bürgstein, secrétaire général de Justice et Paix

Natel: +41 78 824 44 18

E-mail:

Un vicaire épiscopal pour le canton de Genève

Screenshot_3

Communiqué

Mgr Charles Morerod, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg, a nommé l’abbé Pascal Desthieux vicaire épiscopal de Genève. Celui-ci succèdera à Mgr Pierre Farine, avec notamment le mandat de continuer la consultation sur le redécoupage du diocèse.

ACTU_Desthieux
(© cath.ch)

L’abbé Pascal Desthieux (45 ans) a été nommé vicaire épiscopal de Genève, reprenant ainsi la charge de Mgr Pierre Farine qui a atteint l’âge de la retraite (75 ans). Pascal Desthieux est adjoint au vicariat épiscopal de Genève depuis septembre 2015. Il occupera cette fonction dès le 1er mars jusqu’à l’été 2018, tout en demeurant curé-modérateur de l’unité pastorale Eaux-Vives – Champel à 50%. Outre l’administration du vicariat à Genève, il aura également pour mission de poursuivre la consultation sur le redécoupage du diocèse.

En mars 2015, un sondage sur un éventuel redécoupage du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg avait été lancé par Mgr Morerod auprès des agents pastoraux et communautés religieuses du diocèse. Ce sondage avait connu un faible taux de participation et des résultats indécis. Le canton de Genève compte quelque 171’000 catholiques (soit 26% des catholiques du diocèse).

Mgr Morerod exprime toute sa gratitude à Mgr Pierre Farine pour tout le travail accompli durant ces années et lui souhaite une belle retraite. Il adresse ses vœux de bienvenue à l’abbé Desthieux.

Qu’est-ce qu’un vicaire épiscopal ? Du latin vicarius: remplaçant. C’est celui qui exerce, par délégation, les fonctions attachées à un office ecclésiastique. Lorsqu’il est dit vicaire « épiscopal », il est donc collaborateur de l’évêque. Dans le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg, il existe cinq vicaires épiscopaux liés à des aires géographiques qui correspondent aux vicariats (Genève, Vaud, Neuchâtel et Fribourg – Fribourg compte deux vicariats : l’un germanophone, l’autre francophone) et dès le 1er septembre 2015, un vicaire épiscopal lié à une thématique : les vocations. Les vicaires épiscopaux participent notamment au Conseil épiscopal, organe qui conseille l’évêque dans la gestion de son diocèse et qui se réunit quasiment hebdomadairement, ainsi qu’au Conseil presbytéral, constitué de représentants des prêtres du diocèse.

Qu’est-ce qu’une unité pastorale ? C’est un ensemble de paroisses.

Fribourg, le 2 février 2016

Le Service diocésain de la communication

 

En marche à vos côtés